fbpx

La Grande barrière de corail, Venise, Budapest… bientôt sous protection de l'Unesco

https://www.novethic.fr/fileadmin/iStock-585782646-1.jpg

Publié le 04 juillet 2021

ENVIRONNEMENT

La Liste du patrimoine mondial de l’Unesco est emblématique. Mais les sites qui y sont classés pour leurs qualités culturelle ou naturelle exceptionnelles sont reconsidérés chaque année. Tourisme de masse à Venise, blanchiments des coraux, démolitions à Budapest… plusieurs sites emblématiques pourraient bientôt rejoindre la Liste du patrimoine mondiale en péril à cause de leur dégradation.

 

La Grande barrière de corail menacée par le réchauffement climatique

Elle est un symbole, un paradis pour les scientifiques et les plongeurs. La Grande barrière de corail est inscrite au patrimoine mondial depuis 1981. Mais depuis 1995, le plus grand récif du monde, visible depuis l’espace, a perdu la moitié de ses coraux, en raison des blanchiments répétés des animaux liés au réchauffement climatique. Pour cette raison, l’Unesco a annoncé sa volonté de rétrograder le statut du site. L’Australie a annoncé qu’elle contesterait la décision. Elle “envoie un mauvais signal à des pays qui ne réalisent pas les investissements que nous faisons dans la protection des récifs coralliens”, a estimé la ministre de l’environnement australienne, Susan Ley.

Le tourisme de masse et le changement climatique détruisent Venise 

C’est un signal d’alerte pour Venise. Les organismes consultatifs de l’Unesco ont recommandé fin juin que la Cité des Doges soit classée parmi la liste des sites du patrimoine mondial en péril. En cause : le tourisme de masse et notamment les bateaux de croisière qui sillonnent la lagune. Ces derniers sont notamment accusés d’éroder les fondations de la ville. “La détérioration continue des effets de l’intervention humaine, combinée au changement climatique sur l’écosystème vulnérable de la lagune, menace d’entraîner des changements irréversibles”, note l’UNESCO dans son rapport. En mars dernier, le gouvernement italien avait annoncé que les paquebots ne pourraient plus approcher de l’iconique place Saint Marc à Venise mais le terminal extérieur ne sera prêt que dans quelques années. En attendant, ces monstres de mer continuent d’arrimer dans la vieille ville. 

Les démolitions et reconstructions mettent en danger Budapest 

C’est un quartier qui accueille les plus importants monuments historiques de Hongrie. Dans la capitale, à Budapest, les rives du Danube et le quartier du château de Buda ont rejoint la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1987. Mais l’organisation des Nations unies pourrait bientôt revoir sa copie. Face à la démolition galopante de la zone à coups de bulldozer et à la construction sans préservation du patrimoine existant, les organismes consultatifs préconisent de placer le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. “L’état de conservation des biens subit un impact très négatif provoqué par les travaux de reconstruction et le développement récents, en cours et à grande échelle du château de Buda, qui ne sont pas conformes aux normes internationales de conservation visant à protéger un bien du patrimoine mondial”, écrivent les experts. 

La réserve de gibier de Selous menacée par le braconnage

Il s’agit de l’une des plus vastes zones protégées en Afrique et dans le monde. Après avoir jugée “en péril” en 2014, la réserve de gibier de Selous, en Tanzanie, pourrait être exclue des Listes de l’Unesco en raison du braconnage pour l’ivoire qui décime sa faune sauvage, de la déforestation et des constructions qui détruisent ses écosystèmes. Entre 1982, date à laquelle le territoire de 50 000km2 a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial et 2014, le nombre d’éléphants et rhinocéros a par exemple chuté de 90 %. Si la réserve est reconnue pour ses guépards, ses girafes, ses hippopotames et ses crocodiles, elle possède également une exceptionnelle diversité d’habitats (forêts claires, prairies ouvertes, marais).

Liverpool défiguré par les gratte-ciel

Symbole de l’ère industrielle, la ville de Liverpool en Angleterre pourrait elle aussi être retirée de la Liste du patrimoine mondial. Inscrite depuis 2004, le site avait été placé en 2012 sur La liste des patrimoines en péril en raison des plans d’urbanisme qui défigure les quais et notamment le port historique et emblématique de la ville. Le rapport cite l’échec des gouvernements locaux à protéger Liverpool du développement des gratte-ciel, malgré les nombreuses alertes. Le maire de la ville souhaite un report de la décision et un réexamen du dossier.

Marina Fabre, @fabre_marina et Pauline Fricot, @PaulineFricot 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article