fbpx

La lutte pour le climat et la biodiversité doivent aller de pair, alertent le GIEC et l’IPBES dans une collaboration inédite

https://www.novethic.fr/fileadmin/ipbes-1.jpeg

Publié le 10 juin 2021

ENTOURAGES

Une lutte contre un réchauffement climatique tient souvent les devants de la scène. Mais acclimatées ne peut se penser indépendamment de préservation de la biodiversité, alertent les 2 instances de référence, un GIEC pour le climat, et l’IPBES dans le but biodiversité, dans la première collaboration. Songer aux ensemble ces 2 défis est d’autant plus essentiel uniquement des actions abusivement ciblées sur le climat peuvent être dangereuses à destination des écosystèmes et vice-versa.

C’est la 1ère fois que les deux institutions qualifiée livrent un compte rendu en commun. Lors de cinq mois proposent un travail, des spécialistes de l’ONU à propos de la biodiversité (IPBES) mais aussi le climat (Giec) tirent la sonnette d’alarme. Alors par rapport aux politiques nationales & internationales tendent dans compartimenter la pugilat contre le changement climatique et la préservation de biodiversité ,   les cinquante experts réunis soulignent qu'”a ucun de ces enjeux pas sera résolu grace à succès s’ils pas sont pas aboutis ensemble inches.

inches Pendant longtemps, nos équipes ont envisagé le climat et la biodiversité tel que deux choses différentes” , a précis en conférence au sein de presse la professeure en écologie des hommes Pamela McElwee concernant le l’Université Rutgers (États-Unis). ” Ces politiques ont aussi suivi cette trajectoire […]. Un climat a graduellement pris plus d’importance, d’après moi du fait que l’on en voit les effets donc que les feux sur la Australie peuvent sembler plus lointains. Ces deux sont néanmoins intimement liés “. C’est de fait un cercle vicieux:   la sécheresse rend les feux dans forêts qui libèrent du CO2 au sein de l’atmosphère et amplifient à leur simple tour le réchauffement climatique. ” Un ensemble de politiques de réduction des émissions ambitieuses permettent de protéger cette biodiversité et ces contributions apportées avec sa nature permettent d’atténuer le changement climatique “, résume ce professeur Hans-Otto Pörtner, co-président du comité scientifique.

Des compromis

Ces deux challenges doivent d’autant bien plus être pensés sous synergie que un ensemble de actions ciblées afin de lutter contre un bouleversement climatique peuvent nuire à la nature mais aussi vice-versa. Par exemple, une compensation carbone,     excuse largement prisée des entreprises   qui consiste à planter un ensemble de arbres pour gober les émissions,   peut favoriser ce remplacement de forêts d’espèces diverses via une monoculture mieux fragile. ” Les forêts au sein de plantation peuvent être le vrai désastre & sont extrêmement vulnérables à la sécheresse ou bien aux parasites “, a donc alerté lors d’un point presse Camille Parmesan, de l’université britannique de Plymouth, une des spécialistes du rapport. La prolifération de certaines énergies renouvelables peut concernant elle entraîner l ‘exploitation relatives au métaux rares , dont les répercussions sont parfois gravissimes pour l’environnement.

Le techniques existent

Heureusement, beaucoup de techniques existent”, détaille le naturaliste Peter Smith.   “La 1ère chose à réaliser est d’abord pour obtenir préserver nos écosystèmes “, mais aussi notamment ceux se trouvent là pour riches en graphite et en biodiversité comme les forêts, les zones moites ou les mangroves. Le rapport souligne que la réduction de la déforestation et la dégradation un ensemble de forêts peut à lui seule contribuer dans réduire les émissions de gaz dans effet de serre d’origine humaine relatives au 0, 4 dans 5, 8 gigatonnes d’équivalent en dioxyde de carbone tous les ans. Une contribution appréciable: en 2019, 43, 1 gigatonnes au sein de CO2 ont été objecté dans le monde.  

La minute action fondée à propos de la nature la plus efficiente et la moins dispendieuse pour atténuer un bouleversement climatique consiste dans restaurer les écosystèmes dégradés, détaillent ces experts. Et la durée presse: selon un magazine télé des Nations-Unies afin de l’environnement (Pnue), en 2011 dans la civilisation, un chacun a perdu 50 % de ses forêts et ses récifs coralliens et 70 pourcent de ses zones moites. La stratégie se révèle être particulièrement encouragée à travers l’ONU, qui détient lancé le 4 juin, une Décennie de la restauration un ensemble de écosystèmes.

Pauline Fricot,   @PaulineFricot  

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :