fbpx

La pandémie retarde d’une génération les progrès pour atteindre l’égalité femmes-hommes

https://www.novethic.fr/fileadmin/egalite-hommes-femmes-FeodoraChiosea_02.jpg

Publié le 31 mars 2021

L’égalité femmes messieurs avançait déjà à aucune signification fourmis, désormais, elle-même recule. Selon la nouvelle étude publiée le 31 mars par le Forum internationale actuelle, le Covid-19 détient retardé de plus d’une génération le temps impératif pour y réussir. Il faudra maintenant au total, le rythme actuel, 135, 6 ans afin de réduire l’écart parmi femmes et messieurs dans le monde tant au niveau économique que politique, de santé mais également d’éducation.

Il sera nécessaire 36  ans qui plus est pour combler ces écarts entre ces femmes et un homme. C’est la postface de la quinzième édition de l’étude annale du Forum avantageuse mondiale portant au seins des inégalités de type dans le monde. “La pandémie connaît eu un impact incontournable sur l’égalité femmes-hommes, tant sur le vecteur de travail qu’à la maison, faisant rompre des années de progrès”, séquestre mis en lumière Saadia Zahidi, défenseur du comité gouvernement du Forum internationale actuelle, citée dans le présenté accompagnant l’étude.

Ainsi l’Organisation internationale du travail estime par exemple que moins de 10% des employées disposent de perdu leur fonction contre 3, 9 % des tâcherons hommes. Cela s’explique notamment en cause de la surreprésentation du public féminin dans des secteurs liés à la consommation lequel ont été les plus immédiatement affectés par les mesures de confinement. “Les portées montrent en outre le déclin marqué pour obtenir l’embauche des femmes aux postes de directorat, créant une rétrogradation d’un à deux étape de progrès au sein de plusieurs secteurs” , note le Forum économique mondial.  

Télétravail, tâches domestiques… cette double charge du public féminin

La crise sanitaire dispose également accru une double charge du public féminin entre le travail mais aussi les responsabilités de maison, avec les terrines ménagères, la surveillance des enfants & des soins à tous les personnes âgées laquelle leur “incombent de façon disproportionnée”. En Allemagne, après le 1er confinement, des mères de famille ont pris le parti de calculer le coût de leur service domestique et d’envoyer cette facture à à elles région. Entre cette fermeture des maternelles, des cantines, du cru de sport… cette blogueuse Patricia Cammarata a affiché le montant de 22 296 euros afin de son travail créé de la mi-mars de mi-mai 2020. Séquestre cela s’ajoute un télétravail. Vu tel que une opportunité naguère la crise, il possède particulièrement pesé au seins des femmes.

Selon une réalisée récemment étude du Boston Consulting Group, ces télétravailleuses sont interrompues 1, 5 fois plus que les hommes & ne bénéficient point autant qu’eux d’un espace de service isolé. Ainsi, 34 % des femmes sous télétravail s’estiment à la limite de de craquer ou bien de faire un burn-out. C’est 21 centre de plus que les messieurs. Jessica Apotheker, autrice principale de l’étude craint que caci phénomène entraîne la mort de la prochaine tendance de dirigeantes , celle représentée des femmes de 25 à 40 années en décrochage.

L’impact de la pandémie parmi les femmes pourrait se trouver être pire encore

Un fossé s’est spécialement creusé au niveau politique. Si l’étude réalisé ressortir une avenant dans plus de 50 % des 156 contrées passés en annonce, les femmes n’occupent toutefois que 26, 1 % un ensemble de sièges parlementaires & 22, 6 pourcent des postes ministériels au niveau mondial. De poursuivant sa trajectoire actuelle, l’écart femmes-hommes en politique va mettre 145, 6 ans à se combler, contre 95 ans dans la précédente édition du bilan, datant de bout 2019. D’autant uniquement la publication proposent un l’étude a été retardée par la crise hygiénique, les auteurs au sein de l’étude notant sommaire données récoltées afin de 2021 ne réfractent pas encore totalement l’impact de la pandémie sur les femmes.

Ainsi, concernant le manière générale, en terme d’éducation, d’émancipation politique, de travail -le revenu des femmes procure toujours 71 % relatives au celui des hommes avec l’Hexagone -, cette France se oeuvre en seizième place des pays en ce qui concerne l’égalité femmes messieurs. Pour la douzième année consécutive, l’Islande s’est maintenue en supérieur de classement, résiduaire le pays un plus égalitaire sur la scène internationale, suivi par la Finlande, la Norvège, cette Nouvelle-Zélande  et la Suède.  

Marina Fabre,   @fabre_marina   avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article