fbpx

La Poste innove et propose de nouveaux emballages réutilisables

En 2020, un milliard de colis ont été envoyés en France. Un record qui devrait être battu en 2021. En effet, au premier trimestre de cette année, le secteur a connu une croissance de 15 % selon la Fevad (Fédération de l’e-commerce responsable et de la vente à distance). Or, un milliard de colis envoyés, c’est autant de déchets qui finissent à la poubelle directement après réception. Un gaspillage que la Poste cherche à limiter.

Notamment en vue de la période de Noël. À ce moment de l’année, ce sont jusqu’à 4 millions de colis qui sont envoyés chaque jour (contre 2 millions habituellement) ! Pour limiter cette source de déchets, réduire ses émissions carbone et passer d’une économie linéaire à une économie plus circulaire, La Poste innove et propose désormais des colis plus écologiques. Aussi bien pour les e-commerçants que pour les particuliers. 

“L’éco-conception des emballages est l’un de nos enjeux clés”, souligne Laure Mandaron, directrice RSE de la branche Services-Courrier-Colis de La Poste. “Nous travaillons notamment à réduire le vide qui représente environ 43 % des colis. Mais aussi à la réutilisation et au réemploi pour optimiser leur empreinte environnementale”.

Un emballage réutilisable plus de 100 fois

Pour cela, La Poste a notamment signé un partenariat avec la start-up conceptrice d’emballages réutilisables Hipli. Sa pochette souple est réutilisable plus de 100 fois. 

“Seul un tiers des colis sont réutilisés en seconde main”, explique Léa Got, cofondatrice de la start-up. Et seuls 64 % des emballages carton et 28 % des emballages plastique sont aujourd’hui recyclés en France, selon les données de Citéo.  

Cette solution s’adresse plutôt aux e-commerçants. Pour un tarif “compétitif face à celui des colis jetables”, assure la co-fondatrice. Le prix varie entre 1,65 € et 1,95 € selon le format.

À lire aussi : Livraison à domicile : comment en est-on arrivé là ?

Faciliter la réutilisation

Une fois le colis réceptionné, le client plie l’emballage et l’insère dans une petite pochette intégrée. Celle-ci est pré-affranchie. Il suffit donc de la renvoyer dans n’importe quelle boîte aux lettres. Enfin, l’emballage est reconditionné et remis dans le circuit par les équipes d’Hipli.

Un système qui semble plutôt probant pour le moment : le taux de retour est ainsi de 90 % chez Les Galeries Lafayette, qui testent le système depuis quelques semaines. 

Pour être assez robuste, la pochette est conçue avec des billes plastiques qui viennent de Grèce. Si la matière première n’est pas recyclée, l’enveloppe finale est elle 100 % recyclable. Son impact écologique est compensé après seulement deux envois, explique la co-fondatrice d’ Hipli.

Une pochette pour les particuliers

Pour les particuliers, La Poste propose aussi de nouvelles solutions via son service Colissimo. Leader de la livraison à domicile, ce service a livré 471 millions de colis en 2020. Soit + 30 % par rapport à 2019. 

Une nouvelle pochette “Prêt-à-Envoyer” a été imaginée. Éco-conçue, elle est composée à 70 % de matière recyclées, et est recyclable à 100 %. Réutilisable, elle comporte une double bande de fermeture qui permet de l’envoyer une seconde fois après la réception du colis. 

Celle-ci coûte 8,50 € à l’achat, affranchissement du premier envoi compris. C’est-à-dire le même prix que la pochette souple actuelle de même taille, non réutilisable. (Le destinataire, au moment de réutiliser l’emballage doit lui s’acquitter des frais d’affranchissement.) 

Disponible depuis le 11 octobre dans certains points de vente, cette pochette souple nouvelle génération sera généralisée en 2022. 

À lire aussi : Face à Amazon, ces villes lancent leurs sites de e-commerce

La Poste, des engagements répondant à l’Accord de Paris 

Autant de nouveautés qui s’inscrivent dans la volonté de La Poste de réduire son empreinte environnementale.

Un label dédié aux emballages verra le jour courant 2022. Afin de définir des standards techniques, environnementaux et sociétaux, notamment quant à l’origine des matières premières, le cycle de vie, la robustesse ou encore la traçabilité.

D’ici 2025, l’objectif de La Poste, pour être compatible avec l’Accord de Paris, est enfin de réduire de 30 % ses émissions globales de CO2. Entre 2013 et 2020, les émissions de ses colis ont déjà été réduites de 26 %, notamment grâce à l’optimisation des liaisons routières et de la capacité de chargement. Le nombre de colis par semi-remorque est en effet passé de 1 300 colis à 4 500. 

Et le groupe est toujours en quête de solutions plus durables.

À lire aussi : La Banque postale va sortir des énergies fossiles, une première

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :