La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

La vapeur d’eau aggrave-t-elle le changement climatique ?

La vapeur d’eau est le principal gaz à effet de serre présent dans l’atmosphère, mais est-elle le moteur du changement climatique ? On vous explique.

L’énergie qui arrive sur terre depuis l’espace sous forme de rayons solaires est en partie absorbée par le sol de la planète. La Terre va restituer une partie de l’énergie qu’elle a absorbé, par deux principaux phénomènes : la convection, c’est-à-dire par réchauffement de l’air au contact du sol, et par rayonnement thermique infrarouge. C’est ce second vecteur qui nous intéresse dans le cas du réchauffement climatique.

Comprendre les liens entre atmosphère et climat

L’atmosphère est en effet composée de gaz dits à effet de serre, comme la vapeur d’eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), le protoxyde d’azote (N2O) ou encore le méthane (CH4). Ces derniers vont absorber les rayonnements infrarouges émis par la Terre, puis, à leur tour, rayonner autour d’eux. Sans ces gaz les rayonnements terrestres iraient tout droit vers l’espace. A la place, ils contribuent à réchauffer l’atmosphère. Sans ce phénomène la température moyenne sur Terre serait d’environ – 18°C, et la vie telle que nous la connaissons n’existerait pas.

Un autre phénomène permet en partie de limiter la quantité d’énergie solaire qui arrive initialement sur Terre : une partie de cette énergie est réfléchie vers l’espace, par les nuages, ou même l’air, et les surfaces claires de la Terre, comme les banquises, (bien qu’elles se forment surtout en hiver où les jours sont plus courts, et qu’elles soient situées dans des zones qui reçoivent le moins de rayonnement solaire à cette période, les pôles). La température sur terre est le bilan de ces flux énergétiques.

Cependant l’augmentation de la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, directement par les activités humaines, ou indirectement par leurs conséquences, conduit à une élévation des températures moyennes. Et cela met en péril les équilibres bio physiques, dont font partie les sociétés humaines.

Mais alors, si la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre, participe-t-elle au réchauffement climatique ?Le cycle de l’eau influence-t-il la hausse des températures ? En fait, le cycle de l’eau a de nombreux effets sur le climat, au niveau local, mais au niveau global le plus important reste son effet amplificateur du dérèglement climatique, car la vapeur d’eau est le premier gaz à effet de serre, effectivement elle y contribue à 60 % à l’effet de serre terrestre.

Mais alors pourquoi parle-t-on beaucoup du CO2 et très peu de la vapeur d’eau ?

Il faut bien comprendre que la vapeur d’eau est le troisième gaz le plus abondant dans l’atmosphère, derrière le diazote (N2) et l’oxygène (O2), mais en termes d’effet de serre il est le plus important.

Mais il faut différencier l’effet de serre du dérèglement climatique. L’effet de serre est un phénomène naturel qui régule la température terrestre. Le dérèglement climatique, lui, est causé par une augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, émis par les activités humaines : on parle alors d’effet de serre anthropique ou additionnel. La vapeur d’eau participe beaucoup à l’effet de serre naturel, mais peu à l’effet de serre additionnel.

Pourquoi ? Tout simplement car les activités humaines n’ajoutent pas vraiment beaucoup de vapeur d’eau additionnelle dans l’atmosphère. contrairement à celles de CO2, par des cheminées et des moteurs. Certes, de la vapeur d’eau est émise lors de la réaction chimique de combustion de matières carbonés, d’énergies fossiles par exemple. Le refroidissement de procédés industriels (comme les centrales électriques thermiques) ou de l’utilisation d’eau pour l’irrigation, produit aussi de la vapeur d’eau, par phénomènes d’évaporation. Ces émissions de vapeur d’eau sont indépendantes des cycles de l’eau naturels, on dit qu’elles sont d’origine anthropique, c’est-à-dire induits par les activités humaines.

La vapeur d’eau anthropique : un gaz à effet de serre négligeable ?

Pourtant les quantités de vapeur d’eau anthropiques sont négligeables par rapport à l’évaporation naturelle. D’autre part, l’eau, à la différence d’autres gaz comme le CO2, ne peut pas s’accumuler dans l’atmosphère à l’infini. Et le temps passé par une molécule d’eau sous forme gazeuse dans l’atmosphère est relativement court, car la vapeur retombe rapidement sous forme de pluies : c’est le fameux cycle de l’eau. Donc on ne peut pas traiter le cas de la vapeur d’eau comme celui du CO2. Les quantités d’eau qui s’évaporent dans l’air dépendent avant tout de la température de cet air. 

Pour le comprendre il faut faire un peu de physique thermodynamique. Imaginez un volume d’air que l’on appellerait “atmosphère”. Lorsque ce volume a absorbé son maximum de vapeur d’eau, on dit qu’il est saturé. A partir de ce moment, l’eau supplémentaire ne peut plus se trouver sous forme gazeuse, on voit apparaître des micro-gouttelettes d’eau (souvent confondu avec la vapeur

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :