La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

La ville serait néfaste à la compréhension des enjeux environnementaux

Et si une vie trop urbaine nous éloignait des enjeux environnementaux ? Des structures urbaines peu mobiles, un lien trop occasionnel avec le vivant, les villes auraient tendance à limiter nos connaissances et notre imaginaire sur les relations qu’entretiennent les écosystèmes. Pire encore, cette influence pernicieuse participerait à réduire l’adoption de bonnes pratiques en faveur de l’environnement. On vous explique ce nouveau lien révélé dans une étude menée par des chercheurs du National Institute of Standards and Technology.

Quelle relation entretenez-vous avec la nature, l’environnement, les écosystèmes ? Quels enseignements en tirez-vous ? Loin d’être une question métaphysique, des chercheurs du National Institute of Standards and Technology (NIST) ont révélé dans une étude publiée dans le journal npj Urbain sustainability, que les habitants des villes étaient moins au fait des sujets environnementaux que ceux vivant à la campagne.

Un constat que les scientifiques ont nommé Urbanized knowledge Syndrome (UKS), soit le syndrome de la pensée urbanisée. « Nous supposons que l’urbanisation n’a pas que des répercussions écologiques, mais également sociales, note dans un communiqué Payam Aminpour, chercheur post-doctoral au NIST et auteur principal de l’étude, cela peut amener les individus à se détourner des enjeux environnementaux et les bloquer dans l’adoption de comportements vertueux en faveur de la protection de la nature ».

La vue du béton : baisse d’attention pour les citadins

Afin de mieux comprendre les dynamiques personnelles provoquant un changement de comportement en faveur de l’environnement, les chercheurs ont analysé les données d’un sondage envoyé à 1 400 habitants du Nord-Est des Etats-Unis. Les questions portaient sur le mode de vie de l’individu interrogé, ses croyances politiques, mais également sur ses connaissances techniques du fonctionnement des écosystèmes côtiers, par exemple sur les conséquences de l’artificialisation.

Beaucoup plus confronté à la vision standardisée des zones urbaines, d’un béton inerte et d’une biodiversité plus limitée que dans les campagnes, l’imaginaire lui-même des citadins s’en trouve touché. Ils se coupent en partie de leur capacité à percevoir avec précision les étapes de transformation d’un produit ou d’un service, et donc des conséquences des activités humaines sur l’environnement. Les individus réduisent de la même manière leur aptitude à déterminer les limites du système planétaire.  

Au contraire, les habitants des campagnes ont quant à eux tendance à proposer des réflexions plus systémiques, et sont capables de décrire avec plus de réalisme les écosystèmes. « Avons-nous une attirance naturelle à l’environnement ? Ce qui nous pousse à vivre en campagne. Ou alors, vivre dans des lieux moins urbanisés nous pousse-t-il à nous intéresser plus à la nature ?, se questionne Payam Aminpour, en l’état actuel des recherches, il est pour le moment impossible d’y répondre »

Conscientiser la nature

À partir de ces réponses, les auteurs de l’étude ont pu produire des modèles mentaux – une reproduction très schématique de la réflexion des personnes interrogées. Cette manière d’organiser les données permet de rendre compte de ce que les auteurs appellent le Systemes Thinking, ou pensée systémique : notre capacité à analyser concrètement le fonctionnement d’un système et les relations de cause à effet en son sein. Cela peut concerner autant le fonctionnement d’un écosystème, d’un corps humain, d’un objet (voiture, radio…) ou d’une organisation.

The OPORD System Thinking View
Exemple d’un modèle mental.

Cette manière de penser s’active en permanence afin d’appréhender ces systèmes complexes formant notre environnement. Plus un individu sera capable de faire de liens de cause à effet sur un sujet donné, plus il sera capable de produire un raisonnement réaliste sur le fonctionnement de ce dernier.

Les citadins se révèlent, en moyenne, être plus susceptibles de développer des raisonnements « linéaires », autrement dit, des explications simplifiés avec des liens de cause à effet peu subtiles. Par exemple, les digues servent à protéger les villes contre les risques de submersion. Au contraire, les habitants des campagnes sont capables de développer des raisonnements plus complexes : outre la protection contre la submersion, la construction de nouvelles digues réduit l’érosion des sols localement, mais participe à la destruction de la biodiversité… 

L’éducation aux problèmes environnementaux

Au-delà de la simple réflexion personnelle, le UKS rend compte de l’importance de la formation et de l’éducation aux enjeux environnementaux, particulièrement dans le déploiement de politiques publiques cohérentes avec les futurs événements climatiques extrêmes que les populations vont subir : canicules, sécheresses, inondations… 

Selon une étude de 2021 publiée dans Nature communication, une équipe de chercheurs menée par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) a révélé que les risques de submersion marine ont augmenté de près de 50% à l’échelle mondiale en seulement deux décennies. Un sinistre bilan alors qu’on estime à 758 millions le nombre de personnes vulnérables aux inondations d’ici 2030.

Il est en outre attendu que la population urbaine double d’ici 2050, passant de 4,2 milliards à 8,4 milliards d’habitants… Ces milieux urbains participent à la précarisation de nombre d’individus venus chercher une meilleure vie en ville, les rendant plus vulnérables par la même occasion aux futurs événements climatiques.

Les chercheurs conseillent donc une réflexion profonde quant au développement de nouveaux projets, architecturaux ou culturels, afin de recréer une promiscuité entre vivant et humains. Pour eux, cela doit se réaliser par une décentralisation des politiques d’adaptation et d’atténuation au profit des territorialités, plus à même de comprendre les besoins locaux.

« Nous avons l’évidence que les infrastructures jouent un rôle important dans la perception des individus. Elles pourraient avoir de multiples conséquences directes sur les communautés, par exemple la capacité à avoir une vision diversifiée des enjeux environnementaux, souligne Jennifer Helgeson, co-autrice de l’étude, mais nous n’en sommes encore qu’au début des recherches sur ce sujet ».

Dans ce monde complexe qui se dessine devant nous…

…nous sommes plus que jamais déterminés à décrypter et analyser tous les grands phénomènes qui agitent nos sociétés. A mettre sur le devant de la scène de l’information fact-checkée, basée sur la science, sans a priori et sans concession. A fournir aux citoyens de meilleures clefs de compréhension et d’action dans un monde en transition.
Pour fournir une information indépendante, de qualité, disponible au plus grand nombre et sans publicité pour le nouveau 4×4, nous pensons que l’information doit être libre.
Mais cela ne peut se faire sans vous.

Nous avons besoin de vous pour construire avec nous une information de qualité et gratuite pour tous, pour la diffuser, pour la partager autour de vous, mais aussi pour nous aider à préserver notre indépendance financière.
Chaque fois que vous contribuez par exemple à hauteur de 50 euros (17 euros après déduction fiscale), ce sont 2 000 citoyens qui sont mieux informés sur des sujets d’avenir.

Merci d’avance, en espérant continuer longtemps à construire avec vous une information digne de notre avenir,

L’équipe éditoriale de Youmatter.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article