fbpx

L’Angleterre prépare la vie sans gestes barrières et se repose sur le vaccin


L’an dernier le Premier ministre britannique avait annoncé un peu tôt la reprise de la vie sans contraintes. Les regains épidémiques avaient alors obligé Boris Johnson à revenir en arrière. Un an plus tard, c’est avec un peu plus de prudence qu’il annonce un relâchement des contraintes. Pour l’hiver qui vient, il a présenté deux possibilités en fonction de l’évolution de l’épidémie. « Un « plan A », celui qu’il compte bien déployer dans les jours qui viennent, si la pandémie reste sous contrôle malgré le retour en classe des petits Britanniques, alors que le niveau d’infections était d’environ 33 000 nouveaux cas quotidiens ces sept derniers jours. Et le « plan B » qu’il a expliqué tenir en réserve, au cas où l’hôpital public (le NHS) venait de nouveau à saturer – plan A et B ne valant que pour l’Angleterre, l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord ayant leurs politiques sanitaires propres » rapporte Le Monde .

Face à sa majorité, le Premier ministre cherche à donner des gages de relâchement alors que l’éventualité d’une mise en place de passeports vaccinaux, de nouveaux confinements et même de masques suscitent la fronde chez les élus de son camp : « Le « plan A » a tout pour les contenter : il repose presque exclusivement sur la poursuite de la campagne vaccinale anti-Covid. Décrétée fin juillet, la fin des règles de distanciation physique et du port obligatoire du masque va être maintenue. Ne s’isolent que les personnes testées positives ou les cas contacts qui n’ont pas reçu leurs deux doses de vaccin. L’idée d’un passeport vaccinal exigible à l’entrée des boîtes de nuit ou des grands rassemblements sportifs ou culturels est suspendue. Les restrictions pour entrer dans le pays pourraient de plus être considérablement assouplies. »

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article