fbpx

Le canal de Suez est débloqué mais sept conséquences à long terme se dessinent

https://www.novethic.fr/fileadmin/Evergreen-canal-de-Suez-AFP.png

Publié le 30 mars 2021

Une semaine après s’être échoué dans le canal de Suez, axe maritime stratégique pour le commerce mondial, le porte-conteneurs Ever Given a été, non sans mal, remis à flot. Cette catastrophe rarissime, qui a bloqué plusieurs jours plus de 10 % du commerce mondial, aura des conséquences bien au-delà du seul secteur du transport. Zoom sur sept effets majeurs de ce blocage.

La course au gigantisme remis en cause

Ce sont des colosses aux pieds d’argile. L’Ever Given, cet énorme bateau de 400 mètres de long, capable de porter 24 000 conteneurs symbolise la défaillance de ces géants des mers trop gros pour passer les routes maritimes. Entre 1980 et 2017, leur poids a été multiplié par quatre, rapporte France Culture. Si cela permet aux entreprises de réduire les coûts, ces “megaships” (bateaux géants) représentent un vrai risque illustré par le blocage du Canal de Suez qui, malgré le lancement d’un énorme chantier en ce sens, a tardé à s’adapter à la taille de ces navires.

L’ultra-dépendance à la Chine mise en lumière

Ce sont 10 milliards de dollars de marchandises qui transitent chaque jour par le Canal de Suez. L’année dernière 75 % des conteneurs transportés provenait de Chine, figurant la grande dépendance de l’Europe envers Pékin. L’Ever Given est ainsi parti le 4 mars du port de Ningbo, dans l’est de la Chine, et devait arriver à Rotterdam, aux Pays-Bas. “Dans les conteneurs, il y a à la fois votre téléphone, des éléments de construction d’une voiture ou des pièces réservées à la construction d’éoliennes“, explique à France 24 Paul Tourret, directeur de l’Institut supérieur d’économie maritime. 

Des milliards de dollars perdus chaque jour      

Si le 29 mars, le porte-conteneurs était bien reparti pour son périple, le directeur exécutif de Royal Boskalis, société mandée pour aider à dégager Ever Given estime qu’il faudra encore 3,5 jours pour que le trafic reprenne son rythme de croisière. Actuellement près de 400 navires sont en attente de pouvoir passer le canal. Or l’assureur Allianz estime que chaque jour d’immobilisation coûte entre 6 et 10 milliards de dollars au commerce mondial. À chaque heure de blocage, c’est 400 millions de dollars qui s’envolent.

Conteneurs, composants électroniques et médicaux

Quelque 24 000 conteneurs de l’Ever Given ont été bloqués plusieurs jours… mais il y a aussi ceux transportés par les 400 autres navires bloqués de part et d’autre des 190 kilomètres du canal égyptien. Cette immobilisation forcée va renforcer encore la tension pour certains approvisionnements en Europe. C’est ainsi le cas des pièces électroniques provenant de Chine ou Taiwan, qui pourraient mettre à mal l’industrie auto en particulier. C’est aussi le cas des conteneurs eux-mêmes. Le monde en manque en raison de la relance économique. Enfin les laboratoires européens qui fabriquent les vaccins pourraient aussi souffrir de retards de livraison

130 000 moutons coincés dans des cargos

La situation est critique et risque de devenir une tragédie maritime sans précédent impliquant des animaux vivants“. L’ONG Animals International a tiré la sonnette d’alarme, ces derniers jours, quant au sort des 130 000 moutons transportés à bord de bateaux coincés avec le blocage du canal de Suez. Onze cargos provenant de Roumanie, d’Espagne et d’Amérique du sud seraient concernés. Si l’Agence nationale sanitaire vétérinaire (ANSVA) affirme que les bêtes seront “débarquées dans d’autres ports” si nécessaire, cette situation relance le débat sur le transport d’animaux vivants. Le mois dernier, plus de 2 600 bovins ont erré plus de deux mois dans la Méditerranée.

Ouverture vers la voie arctique

L’incident du canal de Suez en a réjoui certains. Ils y ont vu une mise en évidence de la fragilité de nos voies d’approvisionnement et la nécessité de s’orienter vers une mondialisation plus raisonnable. Les autorités russes aussi mais pas pour les mêmes raisons. Ceux-ci assurent que le blocage de l’étroit passage égyptien est une publicité géante pour le passage arctique au Nord de la Russie qui, avec le réchauffement climatique, est de plus en plus tôt dans l’année libre des glaces. Le blocage du Canal de Suez “a mis en lumière la nécessité avant tout de la poursuite du développement de la Route maritime du Nord“, explique le diplomate russe Nikolaï Korchounov.

Créer une concurrence ferroviaire au canal

Il existe deux possibilités ferrées pour remplacer une partie du transport maritime. La première serait un voyage de 11 000 kilomètres depuis la Chine jusqu’à l’Atlantique. Un voyage d’à peine 15 jours (contre 60 en bateau) même si chaque train aurait une capacité 1 000 à 2 000 fois moindre à un porte-conteneurs. L’autre alternative serait un mix bateau/ferroviaire qui emprunterait une ligne grande vitesse entre Ain Sokhna au sud du canal et El Alamein loin à l’ouest en bord de Méditerranée. Un trajet de 500 kilomètres couverts en quelques heures, sans compter toutefois les chargements et déchargement des bateaux.

Ludovic Dupin @LudovicDupin et Marina Fabre, @fabre_marina

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :

Podcast QHSE, RSE, Management

Recevez notre petit journal :

Open chat