fbpx

Le CESE lance une consultation citoyenne sur le passeport vaccinal


Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Le principe d’un passeport vaccinal qui conditionnerait l’accès à des lieux de culture ou qui brassent du public déclenche de vifs débats. Alors que les positions s’affrontent sur fond de désaccords politiques, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’est lancé dans une consultation publique. C’est la deuxième démarche de ce type que l’institution lance, après une première sur le rapport des Français aux vaccins. 

 

« La nouvelle consultation lancée le 17 février portera quant à elle plus précisément sur le passeport vaccinal. La question posée étant : « Que pensez-vous du passeport vaccinal, dans le cadre d’une utilisation pour accéder aux lieux aujourd’hui fermés (restaurants, cinémas, stades, musées…) ?». Chaque répondant pourra donner un avis, de «très défavorable» à «très favorable», et justifier son choix tout en apportant des propositions alternatives ou complémentaires. Par ailleurs, la plate-forme continuera aussi d’accueillir les questions sur l’ensemble de la campagne de vaccinale. L’ensemble des contributions recueillies à travers ces consultations nourriront les recommandations rendues par la Commission temporaire et le Collectif citoyen mis en place par le CESE dans le cadre de la campagne vaccinale » expliquait le communiqué de l’organisation au moment du lancement de l’initiative.

Mais les résultats communiqués n’ont finalement pas participé à apaiser une situation électrique. Embourbé dans sa culture institutionnelle très lisse et sa recherche désespérée d’une utilité, le CESE est finalement resté fidèle à son art d’enfoncer des portes ouvertes. « Les participants qui se déclarent favorables au passeport vaccinal mettent majoritairement en avant la possibilité de rouvrir les lieux fermés, de voyager à nouveau ou encore de retrouver ses libertés. A l’inverse, les participants qui se déclarent défavorables au passeport vaccinal pointent principalement l’atteinte aux libertés privées, l’incertitude concernant l’efficacité et la sûreté des vaccins, ou encore la discrimination entre les citoyens que créerait ce dispositif » avance fièrement l’institution en résumé de sa consultation. Tout ça pour ça. 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article