fbpx

Le financement « spécial Covid » de la prestation de conseil en RH s’arrête fin 2021

Plus que quelques semaines pour profiter des modalités de financement aménagées dans le cadre de la crise sanitaire de la prestation de conseil en ressources humaines (PCRH). Ce dispositif prend la forme d’un accompagnement réalisé par un prestataire extérieur spécialisé. Il s’adresse aux TPE-PME qui souhaitent améliorer leur stratégie RH et adapter leur gestion des ressources humaines à des nouvelles conditions d’activité : définition de la politique RH, adaptation de l’organisation du travail, définition des besoins en emplois et compétences, amélioration de la politique de recrutement, création d’un groupement d’employeurs, etc.

Toute entreprise de moins de 250 salariés (n’appartenant pas à un groupe de plus de 250 salariés) est éligible à la PCRH, prioritairement les PME de moins de 50 salariés et les TPE de moins de 10 salariés non dotées d’un service RH. La démarche bénéficie d’une aide de l’État pouvant aller jusqu’à 15 000 euros par entreprise (ou un collectif d’entreprises). Ce cofinancement public est plafonné à 50 % du coût total de la prestation. Il peut être par exemple complété, le cas échéant, par une participation de l’opérateur de compétences (Opco).

Mais dans le cadre de la crise sanitaire, pour les conventions et avenants conclus jusqu’au 31 décembre 2021, le taux de prise en charge de l’État peut dépasser 50 %. Et permettre ainsi une prise en charge totale du coût de la prestation, toujours dans la limite de 15 000 euros. Les prestations en question devront avoir été réalisées avant le 31 décembre 2022. Elles peuvent porter sur l’ensemble des problématiques RH « classiques ». Toutefois, le ministère du Travail précise que « les accompagnements courts (de un à dix jours) sur les thématiques liées à l’accompagnement et à la reprise d’activité en situation de crise seront privilégiés. »

Une autre source de conseil.
Connaissez-vous « Place des entreprises » ? Destiné au TPE et PME, ce site web est conçu comme une plate-forme d’échanges entre entreprises et experts qui exercent au sein d’administrations publiques ou d’opérateurs chargés d’une mission de service public. Il permet d’obtenir des conseils pour recruter, former, améliorer l’organisation du travail, garantir la santé et la sécurité au travail. Mais aussi de s’informer sur différents points du droit du travail ou sur d’autres sujets non RH (financement, développement de l’activité commerciale, transition écologique…). Pour l’heure déployé dans quatre régions – Hauts-de-France, Île-de-France, Martinique et Bretagne –, il doit être prochainement étendu à la région Provence-Alpe-Côte d’Azur, aux Pays de la Loire, au Grand Est et à la Nouvelle-Aquitaine.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :