fbpx

Le mécénat de compétences concerne aussi les TPE-PME

Permettre à ses collaborateurs de mobiliser momentanément leurs compétences, sur leur temps de travail, au profit d’un organisme d’intérêt général (association, fondation…) : c’est le principe du mécénat de compétences. Pour faire court, il s’agit d’un don en nature de l’entreprise. Lequel peut prendre la forme soit d’une prestation de service, soit d’un prêt de main-d’œuvre. La démarche, qui doit répondre à un besoin bien identifié de l’organisme, repose bien évidemment sur l’engagement des salariés, avec l’accord de leur employeur.

Le mécénat de compétences est déjà bien implanté dans les grandes organisations. Pour inciter davantage d’entreprises, notamment les TPE et PME, à se saisir de ce dispositif, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, et Olivia Grégoire, secrétaire d’État chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable, viennent de publier un guide pratique du mécénat de compétences. Le document explique comment travailler sur la conception du dispositif, définir la stratégie opérationnelle et assurer le suivi du processus.

Les avantages pour l’entreprise ? Le mécénat de compétences ouvre droit à un avantage fiscal (réduction d’impôt de 60 % du montant du salaire chargé du salarié mis à disposition), et ce sans montant minimum de don. Ensuite, il permet de renforcer la cohésion d’équipe autour des valeurs et de l’engagement social de l’entreprise. En permettant aux salariés volontaires de donner davantage de sens à leur investissement professionnel, il contribue aussi au développement de l’« image employeur ».

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article