Logo COBEL Le Blog
La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Le Prado prend en main le sujet des œuvres saisies pendant la guerre civile espagnole



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

La liste a non seulement été dressée, mais aussi publiée sur le site du Musée du Prado. Le gouvernement espagnol s’est félicité du travail du prestigieux établissement sur les œuvres confisquées pendant la guerre civile du pays : « Ces 25 oeuvres sont entrées au Musée par la Direction générale du patrimoine artistique national et pour 22 d’entre elles, cette information était déjà disponible sur le site Web du Prado. Le Prado a mis en place une équipe de recherche ad hoc dirigée par Arturo Colorado, professeur principal et expert du patrimoine culturel et de la guerre civile, afin d’élargir l’étude de ces cas et d’analyser d’autres confiscations possibles. Les conclusions de cette étude seront publiées début 2023 mais la liste complète avec les informations est déjà disponible sur le site du Musée .»

Ce travail de transparence n’est pas une nouveauté mais il est ici réalisé de manière plus complète. « Ce sont 25 oeuvres documentées. Pour 22 d’entre elles, leur origine était déjà expressément mentionnée dans leur notice sur le site Internet du Musée. Dans le cas des trois oeuvres pour lesquelles cette information n’a pas été fournie, cela est dû au fait que leur mauvais état a fait qu’elles n’avaient pas d’entrée dans la section d’accès aux collections du site Web. Parmi ces oeuvres, 17 peintures ont été remises au Museo del Prado par la Division générale du patrimoine artistique national entre 1940 et 1942 ; 5 peintures ont été envoyées au Museo de Arte Moderno par la Division générale du patrimoine artistique national (1942) puis ont fait partie de la collection du Museo Español de Arte Contemporáneo (1968-1971); et 1 tableau a été remis au Museo de Arte Moderno de la Division générale du patrimoine artistique national (1943) mais est resté au Museo de Arte Contemporáneo et est passé au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, d’où il a été affecté au Prado en 2016 avec la réorganisation des collections. Sur la liste figurent également une corbeille à fruits et une horloge de la Direction générale du patrimoine artistique national » appuie le gouvernement espagnol. 

L’étude qui sera publiée au début de l’année prochaine n’est pas annoncée comme un travail définitif. Des études plus approfondies ont été lancées pour déterminer si d’autres œuvres avaient aussi été confisquées par les institutions franquistes. 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article