La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Le tabac c’est 4500 milliards de mégots, 600 millions d’arbres et 84 millions de tonnes de CO2 annuels


Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

C’est bien simple, il n’y a pas un domaine dans lequel l’industrie du tabac n’a pas un impact environnemental préoccupant. « Des milliards de mégots et de tonnes d’eau utilisées, des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alerte sur la nocivité du tabac et surtout l’impact délétère de l’industrie du tabac sur l’environnement. Au-delà de son impact sur la santé publique, l’industrie du tabac est aussi la cause de dégâts environnementaux considérables, entre montagnes de pollution et émissions contribuant au changement climatique, a averti mardi l’OMS. Le tabac nuit donc à l’environnement et à la santé humaine, a indiqué l’agence onusienne, qui lance un appel afin que des mesures soient prises pour rendre l’industrie plus responsable des destructions qu’elle cause sur la planète. » explique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) par communiqué.

 

Le rapport de l’OMS donne quelques chiffres qui permette de saisir l’ampleur de la situation. « Alors que l’industrie du tabac est responsable de plus de 8 millions de décès annuellement, elle est à l’origine de la perte de 600 millions d’arbres. La culture du tabac utilise chaque année 200.000 hectares de terres et 22 milliards de tonnes d’eau, et émet environ 84 millions de tonnes de CO2 » ajoute le texte.

 

Sans ajouter les arguments connus et anciens de lutte contre le tabac pour des raisons élémentaires de santé, les hauts responsables de l’OMS ont ainsi montré qu’il y avait aussi des arguments écologiques forts pour mettre la pression sur ce secteur. « Les produits du tabac représentent les principaux déchets sur la planète, et contiennent plus de 7.000 produits chimiques toxiques, qui pénètrent dans notre environnement lorsqu’ils sont jetés. Environ 4500 milliards de filtres à cigarettes polluent nos océans, nos fleuves, nos trottoirs, nos parcs, nos sols et nos plages chaque année », a affirmé le directeur Promotion de la santé de l’OMS, Ruediger Krech.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article