La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

L’écologie de rupture réunie dans la rue contre Bayer

P1040841

Caroline est « déçue ». Avec sa copine Mariusse, elle est venue de Marseille pour « assiéger Bayer-Monsanto » à l’appel du mouvement des Soulèvements de la terre. Nous sommes le samedi 5 mars au point de rassemblement, place Valmy, à Lyon. Il fait froid, il fait beau. D’habitude, il faut moins de 10 minutes à pied depuis la place pour se rendre au 16, rue Jean-Marie Leclair, adresse du siège social français de la firme agrochimique. Mais aujourd’hui, Google maps indique des « ralentissements ». Ce ne sont pas des bouchons ou des “gendarmes couchés” qui gênent l’accès au site, mais des policiers debout, avec tout leur attirail, canon à eau compris. Des CRS discrets, mais très nombreux : la préfecture a mis le paquet, on ne touche pas aux bureaux de Bayer-Monsanto.

Il faut dire que la veille, « on » avait « touché » à l’usine de fabrication de pesticides de Genay, en banlieue de Lyon, « paralysé[é] pendant plusieurs heures par des Faucheurs volontaires qui s’y étaient introduits en découpant le grillage pendant que 80 autres bloquaient l’entrée du site », d’après les organisateurs.

Et le matin même, c’est à Villefranche-sur-Saône, au nord de Lyon, que Bayer a reçu, contre son gré, la visite des « Souleveurs » de la terre. Malgré l’arrêté préfectoral et le déploiement policier, la firme a préféré stopper l’activité de l’usine. Sûrement une goutte de production de poison stoppée parmi les 35 000 tonnes de pesticides produits sur le site chaque année. Mais une goutte reste une goutte, et un symbole, un symbole. Alors cet après-midi, la préfecture a mis le paquet. On prend au sérieux ce mouvement, composé de paysans de la Conf’ (on les connaît, ils aiment bien les « démontages » et ils ont des tracteurs), de Faucheurs volontaires, d’anarchistes autonomes (leur nom seul fait trembler la moindre matraque), de « radicaux » de la génération climat (Extinction rebellion, Youth for climate…). Les manifestants ne passeront pas, pas cette fois. Caroline est déçue, mais nous sommes tout de même plus de 2 000 selon les organisateurs, près de 1 500 selon la préfecture, 1 882, environ, selon moi. Et quand le cortège de la manifestation s’élance sur le parcours autorisé (à l’opposé du siège de Bayer), il fait plaisir à voir.

Plongez-vous dans l’ambiance sonore !

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article