La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Les bouchers-charcutiers manifestent contre la hausse des prix de l’énergie

https://www.novethic.fr/fileadmin/Manifestation-bouchers-hausse-prix-energie.png

Publié le 30 novembre 2022

Des dizaines de bouchers-charcutiers ont manifesté devant l’Assemblée nationale ce mardi 29 novembre, face à la hausse des prix de l’énergie. La plupart de ces entreprises ne bénéficie pas du bouclier tarifaire échappe, leur l’activité, très énergivore, ne cochant pas toutes les conditions prévues par l’administration. Les artisans commencent à mettre en place des solutions pour réduire leur consommation énergétique. Mais demandent aussi un plafonnement du prix de l’énergie.

Après les boulangers, c’est au tour des bouchers-charcutiers de manifester contre la hausse des prix de l’énergie. Ce mardi 29 novembre matin, ils sont venus de toute la France pour exprimer devant l’Assemblée nationale, en tenue de travail, les difficultés rencontrées par leur profession. D’autres ont choisi d’éteindre leurs lumières pour accompagner la manifestation, la première de la profession depuis vingt ans. Les artisans comptent faire pression pour trouver des solutions face à des factures de plus en plus salées.

De nombreuses boucheries ne peuvent en effet pas bénéficier du bouclier tarifaire. Pour l’obtenir, celles-ci doivent avoir moins de 10 salariés, un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions d’euros, et une puissance électrique inférieure à 36 kilovoltampères (kva). Or cette dernière condition n’est souvent pas remplie car l’activité de boucher-charcutier est très énergivore.

Economiser l’énergie

“Les tarifs sont multipliés par trois au premier janvier par rapport au mois de septembre”, témoigne Benoît Lapalus, le dirigeant de la boucherie éponyme, située à Renaison dans la Loire (42). “Depuis plusieurs mois, je reçois de nombreux appels des adhérents qui alertent sur la hausse des tarifs”, abonde David Moulons, le président des bouchers-charcutiers d’Ardèche. “Par exemple, la facture est passée de 915 euros par mois à 1932 euros par mois dans une entreprise de trois salariés. Elle n’a pas de bouclier tarifaire car sa puissance est égale à 36 kva”, illustre-t-il.

Grille prix energie

Nouvelle grille des tarifs de l’électricité au 1er janvier 2023 présentée par le boucher Benoît Lapalus 

Frigos, fourneaux, rôtissoires, fumoirs… L’activité de boucherie-charcuterie consomme beaucoup d’énergie. “Certaines viandes doivent cuire à cœur à 74 degrés et ensuite redescendre à 10 degrés dans les deux heures à l’aide de cellules de refroidissement”, explique Benoît Lapalus. “La climatisation est utilisée toute l’année pour maintenir des températures adaptées aux normes d’hygiène dans les laboratoires”, poursuit l’artisan.

Les bouchers ont déjà commencé à prendre des mesures pour tenter de réduire leur consommation. “Regrouper les cuissons, passer à la cuisson longue qui consomme moins d’énergie au total et en réaliser la nuit pour bénéficier des heures creuses sont des solutions”, énumère David Moulons, le président des bouchers-charcutiers d’Ardèche. D’autres solutions pourraient être mises en place, comme la récupération de la chaleur produite par les frigos, ou encore l’installation de panneaux solaires thermiques pour préchauffer l’eau. “Ces systèmes fonctionnent mais sont chers à l’investissement”, déplore-t-il toutefois.

Trois bouchers loire ardèche drôme

Loire, Drôme, Ardèche… Les bouchers-charcutiers viennent de toute la France

“L’augmentation des tarifs devient insupportable”

Et la hausse des prix de l’énergie ne leur permet pas d’investir. “Nous sommes prêts à changer, mais l’augmentation des tarifs devient insupportable”, explique Benoît Lapalus. Les artisans ont en effet déjà subi successivement la crise du Covid, l’augmentation du tarif des matières premières et, dernièrement, le retour de la grippe aviaire. “Les matières premières ont augmenté de 30% en moyenne, certains produits de 70%, nous avons déjà pris dans les marges et commencé à augmenter nos tarifs”, explique David Moulons.

Les artisans, regroupés autour de la Confédération française de la boucherie-charcuterie, demandent en priorité de plafonner le prix de l’énergie, avec comme modèles l’Allemagne et l’Espagne. Une aide en France a déjà été annoncée pour les entreprises ne bénéficiant pas du bouclier tarifaire. Celle-ci apporte 120 euros par Mwh pour les entreprises ayant des contrats supérieurs à 325 euros par Mwh, prenant effet au 1er janvier 2023. Mais elle est jugée trop faible. “C’est insuffisant. Des entreprises vont mourir, il va falloir licencier. Ce sont des pertes pour les centres-villes”, affirme Guy Tourdias, le président des bouchers charcutiers de la Côte-d’Or.

Fanny Breuneval, @breuneval_fanny

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :