La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Les conséquences des pesticides sur des primates dans leur milieu naturel


Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Jusque dans les arbres de leur milieu naturel, des traces de pesticides ont été détectés chez les chimpanzés. Une étude publiée par Ecotoxicology and Environmental Safety et réalisée par une primatologue s’est penchée sur les conséquences possible de l’exposition à des pesticides de ces animaux dans le parc national de Kibale en Ouganda. « La primatologue Sabrina Krief, principale autrice de l’étude, travaille depuis une vingtaine d’années dans le parc de Kibale. Depuis 2008, la chercheuse au Muséum national d’histoire naturelle de Paris et son équipe explorent plus précisément les effets des activités humaines sur le comportement des chimpanzés vivant dans la zone de Sebitoli, dans le nord de l’aire protégée. Ils tentent notamment d’expliquer les malformations faciales observées chez certains animaux, ainsi que l’absence de cycle de reproduction constatée chez plusieurs femelles » explique Le Monde .

Le fait que le territoire des chimpanzés soit à proximité de zones agricoles a econsolidé l’hypothèse explorée des conséquences des pesticides. « Après un an et demi de collecte, les substances chimiques contenues dans les poils de 20 chimpanzés ont pu être analysées. En parallèle, les poils des neuf chimpanzés du parc animalier de Sigean (Aude), en France, ont également été prélevés à deux reprises : une première fois alors que les animaux étaient nourris de façon conventionnelle ; puis six mois après avoir mangé seulement des fruits et des légumes issus de l’agriculture biologique et évité tout contact avec des objets en plastique. Dans ces échantillons, 152 polluants appartenant à 21 familles différentes de produits chimiques ont été cherchés. Les scientifiques s’attendaient à ce que les chimpanzés de Sigean soient davantage contaminés que ceux de Sebitoli : au total, 79 produits ont été trouvés chez les individus captifs, contre 60 chez les individus sauvages – et la concentration médiane des pesticides était également plus importante chez les premiers » rapporte le quotidien.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article