fbpx

Les éoliennes volantes : futur des énergies renouvelables ?

Sur terre, dans la mer… Et maintenant dans les airs. De nouveaux types d’éoliennes se développent : les éoliennes volantes. Une initiative intéressante alors que tout le monde s’accorde sur la nécessité de développer les énergies renouvelables face aux énergies fossiles. Et que les éoliennes “conventionnelles” font face à de nombreuses critiques : trop couteuses, peu gracieuses…

Ces éoliennes volantes permettent elles d’exploiter les vents d’altitude, qui soufflent 24h/24 et 7j/7. En effet, à partir de 400m d’altitude, les vents soufflent de façon constante entre 100 et 350 km/h. 

De plus, ces modèles ne nécessitent pas de fondations importantes (et polluantes). Les systèmes volants sont rattachés à un générateur au sol, qui récupère l’énergie. Celle-ci est ensuite réinjectée dans le réseau. 

Résultat : les éoliennes volantes sont plus mobiles. Elles peuvent s’adapter à différents environnements, aussi bien sur terre que sur l’eau. Sans affecter les paysages. 

À lire aussi : Vrai-faux : 10 questions qui fâchent sur les éoliennes

Un modèle DIY

Récemment, la BBC a mis en avant sur son site la vidéo d’un ingénieur écossais qui a fabriqué lui-même une éolienne volante grâce à sept voiles de kitesurf et un pédalier de vélo. Ce système artisanal est rattaché à un générateur électrique. 

La turbine s’envole tel un cerf volant. Les voiles font des ronds dans le ciel et le pédalier permet de générer de l’énergie. L’ingénieur raconte que son invention lui permet de charger sa voiture ou de chauffer de l’eau pour son thé. Mais il assure qu’une telle installation permettrait d’alimenter un foyer entier en électricité. 

Les start-up développent différents modèles d’éoliennes volantes

Des entreprises travaillent également sur le sujet depuis plusieurs années à plus grande échelle. Comme la start-up allemande Kitekraft. Son éolienne éolienne volante nécessite, selon la société, dix fois moins de matériaux que les modèles conventionnels. La tour rigide est ici remplacée par une attache. Ce qui permet de réduire le coût et l’empreinte carbone de la turbine. Ce modèle est toutefois encore en phase de test. 

Deux sociétés néerlandaises développent également des éoliennes volantes. Kite Power a conçu un système ressemblant à une voile de parachute, qui vole entre 70m et 400m au-dessus du sol. Selon l’entreprise, celui-ci nécessite 90 % de matériaux en moins pour une puissance équivalente. Ces éoliennes volantes permettraient d’alimenter 150 ménages pour une installation en moins de 24h. 

[embedded content]

La société Ampyx Power a quant à elle imaginé un modèle ressemblant plutôt à un petit avion planeur. Celui-ci accède aux vents à plus de 200m d’altitude. L’avion forme des huits dans le ciel et génère de l’électricité. 

À lire aussi : Des éoliennes discrètes et silencieuses à poser sur les toits

Une alternative qui présente encore quelques limites

Si les éoliennes volantes s’installent plus facilement que des éoliennes conventionnelles, elles ne peuvent pas non plus être implantées n’importe où. Elles sont plus fragiles et plus vulnérables face aux aléas météorologiques, vents violents ou orages par exemple. Les divers constructeurs travaillent encore sur cette problématique. 

Autre question : celle de la circulation aérienne. Les éoliennes volantes allant très haut dans le ciel pourraient causer des accidents. 

Enfin, pour le moment, leur puissance reste moindre par rapport aux immenses parcs éoliens terrestre ou offshore. Elles restent tout de même une solution intéressante, notamment pour les zones reculées. 

À lire aussi : Au Danemark, ils ont construit la doyenne des éoliennes

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article