La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Les grandes tendances de la QVCT en 2022

À l’occasion de la semaine pour la Qualité de Vie au Travail, du 20 au 24 Juin 2022, Culture RH a souhaité se pencher sur quelques-unes des grandes tendances en la matière : le management participatif, la prise en compte de la RSE et du travail hybride, les soft skills, l’Offsite et le passage vers la QVCT. Ou comment être (encore) plus heureux dans son entreprise en 2022…

Sommaire de l’article:

L’adaptation au travail hybride : savoir mêler souplesse de l’organisation et esprit d’équipe

Sortis de la crise sanitaire, les collaborateurs ont dû se réadapter au travail sur site. Et la mise en place du travail hybride (mélange de présence sur site et de télétravail) a permis une reprise plus souple. Aujourd’hui qu’en est-il ? Comme souligné par le baromètre “Travail & organisation hybrides” 2022 de Malakoff Humanis, le télétravail, désormais pratiqué en moyenne près de 2 jours par semaine est plébiscité par 68% des salariés. 

Et dans les entreprises, la situation se normalise : 86% des télétravailleurs estiment que leurs conditions de travail sont désormais très bonnes. Collaborateurs et dirigeants sont donc sur la même longueur d’onde, celle d’une douce et durable mise en place du travail hybride, pour le bien-être de tous.

Mais il convient, pour une QVT optimale, de faire attention à bien préparer ce passage au travail hybride. Pour 90% des salariés, il convient d’optimiser la qualité de réseau et de sécurité informatiques, pour 85%, les pratiques managériales doivent évoluer et pour 80% des dirigeants, une réorganisation des espaces de travail est nécessaire. 

De nombreuses entreprises se dotent alors d’espaces de flex office ou proposent des réunions hors site, pour s’adapter à cette nouvelle organisation du travail.

L’humain au centre de l’évolution de carrière : de l’importance des soft skills

Le recrutement est le premier domaine de la fonction RH dans lequel sont apparues les soft skills. En effet, dans le cadre d’une recherche de nouveaux talents, les recruteurs font appel aux soft skills pour trouver le bon profil. Et selon une récente enquête, de We Suggest, sur les Soft Skills, les 3 “compétences douces” les plus recherchées sont l’esprit d’équipe, l’adaptabilité et la capacité de communication. 

Des soft skills qui sont également primordiales pour le manager. Notre experte Cécile Kromwell a ainsi mis en avant des soft skills interpersonnelles très importantes pour un management efficace et bienveillant : la capacité d’écoute et l’empathie du manager : l’intelligence émotionnelle du manager, la capacité à coacher du manager, la capacité d’inclusion du manager.

Off-site : la solution pour changer d’air tout en augmentant la productivité ? 

Prendre du recul pour penser différemment, cela semble aujourd’hui primordial pour la QVT des équipes au sein d’une entreprise. La “réunionite”, notamment via la visioconférence durant toute la crise sanitaire, a fatigué les collaborateurs qui aspirent à de nouveaux horizons. 

Pour cela, les Offsite Meetings (ou réunions hors site en français) offrent un véritable bol d’air aux salariés et boostent leur créativité, leur productivité tout comme leur sentiment d’appartenance à leur entreprise. Car, en créant des moments privilégiés, de travail et de rencontres (car un Offsite s’organise souvent sur une journée entière), l’entreprise valorise mieux le travail de ses collaborateurs, qui vont alors penser leurs problématiques autrement dans des lieux uniques et originaux. 

Un management collaboratif et inclusif pour un développement personnel optimisé

Le management aussi a dû s’adapter à l’après crise sanitaire. Les équipes se sont transformées avec le télétravail et le manager a dû trouver d’autres manières de rassembler. Pour cela, le management collaboratif et coopératif ouvre la porte à plus d’engagement et d’autonomie des salariés. Encourageant le partage et l’acquisition de connaissances et réduisant l’esprit de compétition, les techniques comme celle de l’intelligence collective rendent l’entreprise plus agile et le salarié plus valorisé. 

De plus, le management collaboratif permet au manager de ne plus se retrouver seul en haut de sa tour d’ivoire. Plus à l’écoute de ses collaborateurs, il est en mesure de répondre mieux et plus vite à leurs problématiques.

Et ce changement de management est encore plus important pour la Génération Z. Ces derniers souhaitent ainsi un passage d’une organisation verticale à une organisation bien plus horizontale : selon Moodwork, “1 Z sur 4 souhaite d’ailleurs être considéré d’égal à égal par sa hiérarchie et la bureaucratisation de certaines entreprises les fait plus généralement fuir.” 

Autre nouvelle tendance forte d’un management plus humain : le management inclusif. Il consiste, selon Simundia, spécialiste du coaching professionnel, “à tirer parti des différences et des singularités de chacun afin de créer une cohérence globale. Le manager qui fait preuve d’un comportement inclusif est capable d’embarquer chaque personne pour qu’elle puisse jouer sa partition dans ce grand orchestre qu’est l’entreprise.”

La santé des collaborateurs au cœur de la QVT : un effet post-covid ? 

La crise sanitaire a souligné l’importance de faire entrer la santé au sein de l’entreprise. Bien au-delà des simples rendez-vous obligatoires à la médecine du travail, les salariés attendent des décisionnaires RH des actions concrètes

Advertisements
Inread ete de la formation Culture RH

Selon la dernière enquête Ifop pour Back Office, “Les décisionnaires RH et les enjeux de santé au travail Vague 2”, 79% des salariés estiment que leur entreprise devrait consacrer plus de temps aux enjeux de santé au travail. 

Quels conseils de santé pourraient être donnés en entreprise ? 

Les salariés aimeraient un service de vaccination contre la COVID 19, mais aussi des conseils pour mieux gérer le stress et prévenir les burn-out, une aide psychologique en cas d’accident du travail, des difficultés professionnelles ou personnelles et la prévention des TMS. 

Selon les décisionnaires RH, 0,9% du chiffre d’affaires en moyenne pourrait être investi dans des actions de prévention santé en entreprise. Autres actions concrètes que l’on peut voir en entreprise : un travail sur la qualité acoustique des réunions hybrides ou encore la venue d’un·e ostéopathe pour travailler sans douleurs au bureau ou à la maison.

La RSE au cœur des enjeux du bien-être au travail

RSE-QVT-QVCT-tendances-attentes-collaborateurs-stratégie-envie-développement

La Responsabilité Sociale, Sociétale, Économique et Environnementale de l’entreprise est désormais au cœur des évolutions des stratégies entrepreneuriales. Et au cœur des préoccupations des salariés puisque plus de 8 Français sur 10 jugent les engagements RSE prioritaires en entreprise et que 77% en font un critère important, voire prioritaire, de choix pour venir travailler dans une entreprise. 

Les entreprises françaises sont bien conscientes de l’importance de la RSE et elles sont de plus en plus nombreuses à engager leurs collaborateurs dans de nouveaux modes de penser le quotidien, pour leur bien-être : aborder le sujet de l’orientation sexuelle et de l’inclusion, de la diversité, s’engager sur les règles de non-discrimination à l’embauche, faire appel à un chief happiness manager, proposer des ateliers Pollution numérique et Zéro déchet, des animations sur la mobilité durable

Selon une récente étude de NooS.Global, les salariés comme les dirigeants savent qu’ils peuvent encore mieux faire. Toutes les entreprises semblent parvenir à bien impliquer leurs employés et clients, mais elles aimeraient tout de même en faire beaucoup plus : c’est ce que déclarent 38 % des TPE, 42 % des PME, 45 % des ETI et 44 % des GE.

Équilibre vie personnelle / professionnelle : prendre en compte la parentalité, les besoins de temps de pause…

La quête de sens est de plus en plus importante pour les salariés. Ces derniers sont une grande majorité à ne plus souhaiter être investis à 100% dans leur travail. Avec l’hybridation des organisations, l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle est un sujet que les services rh ne doivent surtout pas négliger pour améliorer la QVT. En effet, 41% des actifs français indiquent que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est un aspect important de leur expérience collaborateur. 

Parmi les sujets qui sont travaillés dans ce sens en entreprise, on trouve par exemple la parentalité. Le Parental Challenge, signé par de plus en plus d’entreprises françaises,  propose 12 mesures très accessibles, peu coûteuses (voire pas du tout), pour que toutes les organisations (entreprises, administrations, associations…), puissent commencer à agir dès maintenant. 

Au-delà des pauses “obligatoires”, certaines entreprises proposent à leurs salariés d’institutionnaliser la sieste courte ou de faire appel à un·e masseur·se pour se reposer comme il faut et augmenter ensuite son efficacité. 

De la QVT à la QVCT : l’importance de la santé mentale

Il est désormais évident pour tous que de la santé de l’entreprise dépend de celle des collaborateurs. La QVT évolue donc et se transforme en QVCT pour “qualité de vie et des conditions au travail”.

En quoi la QVCT se différencie-t-elle de la QVT ? Introduite pour la 1ère fois dans la nouvelle loi santé au travail applicable depuis le 31 Mars 2022, grâce à cette notion de QVCT, les employeurs vont devoir désormais accorder autant d’importance à la santé mentale de leurs collaborateurs qu’à leur environnement de travail physique. 

Parmi les mesures mises en place pour préserver la santé mentale des salariés, l’on trouve des propositions de plus grande flexibilité des horaires de travail, l’évaluation régulière de la charge de travail des collaborateurs pour éviter toute surcharge et la formation des managers à la communication non violente ou à des ateliers sur la santé mentale.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :