La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Les « soft skills » ont encore du chemin à faire !

format int

Les « soft skills » : nouveau Graal des RH ? On a l’impression que tout le monde en parle, s’accordant sur le fait que les seules compétences techniques, hautement périssables, ne suffisent plus dans un monde incertain et en constante mutation. Un sondage ViaVoice mené auprès d’actifs et de recruteurs, et publié le 6 janvier, vient nuancer cette perception.

Réalisée à l’initiative d’Article 1, association qui accompagne des jeunes issus de milieux populaires, et de la Fondation Mozaïk, qui œuvre en faveur de l’inclusion économique, cette enquête montre d’abord que la notion de soft skills (compétences douces ou comportementales) est encore loin d’être assimilée. 88 % des recruteurs et 76 % des actifs interrogés disent n’en avoir jamais entendu parler ! Néanmoins, 35 % des jeunes actifs (18-29 ans) savent plus ou moins de quoi il s’agit, et 58 % ont eu vent du concept durant leur parcours de formation.

Une fois le terme clarifié, actifs et recruteurs reconnaissent l’importance des soft skills. Mais ils sont partagés sur leur réelle prise en compte par l’entreprise lors d’une embauche. Plus de la moitié des recruteurs (54 %) et 44 % des actifs pensent en effet qu’elles ne sont pas prioritaires et passent après la formation et l’expérience professionnelle, celle-ci « restant l’élément fondamental pris en compte par les recruteurs », note l’étude.

Advertisements
montee en competence et engagement collaborateur comment reussir votre transformation dentreprise 5

Travail en équipe, adaptabilité et communication

Enfin, si les deux populations interrogées se rejoignent sur les soft skills jugés les plus nécessaires – le travail en équipe, l’adaptabilité et la communication –, les actifs estiment pour leur part qu’il existe un décalage entre les compétences comportementales qui devraient être prises en compte dans l’évaluation des candidats et les critères actuels de sélection, davantage axés sur l’idée de performance. Selon Article 1 et la Fondation Mozaïk, les employeurs auraient tout intérêt à mieux intégrer les compétences douces dans les processus RH.

« L’individu ne se résume ni à un CV, ni à une photo, ni à une école. Le plus important est d’analyser les compétences, les attitudes, le potentiel. Reconnaître les soft skills, c’est s’engager sur la voie d’un recrutement et d’un management plus justes et plus ouverts », estime Saïd Hammouche, président de la Fondation Mozaik. À noter que cette dernière propose une plate-forme de recrutement, Diversifiezvostalents.com, donnant accès à une base de candidats préqualifiés dont les compétences comportementales ont été évaluées.

*Sondage mené en ligne du 12 au 19 octobre 2021 auprès de 1 500 personnes représentatives de la population active française, et par téléphone du 11 au 27 octobre 2021 auprès de 206 recruteurs représentatifs des entreprises françaises de plus de 5 salariés.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :