fbpx

Les webinaires et podcasts du jeudi 17 juin : conduites addictives, isolement au travail

Depuis le début de la crise sanitaire, les coursiers à vélo font partie des rares professionnels à être restés en activité. Quand plus personne ne sort par peur d’attraper le Covid, ils enfourchent leur vélo pour livrer repas, boissons et autres vivres. Ils font le lien.

Ces travailleurs précaires sont motivés par des incitations financières que les plateformes proposent. L’équation est basique : choisir de travailler et prendre le risque de s’exposer au virus ou ne pas travailler et ne pas avoir de revenu.

Le coursier prend ses directives auprès de « robots » par l’intermédiaire de son smartphone, sur l’espace numérique de la plateforme. Les messages standardisés qu’il reçoit, calculés et sélectionnés par des algorithmes, lui attribuent des courses, des notes, des indications managériales, des remarques, les tarifs et les pourboires à recevoir.

Il est en concurrence directe avec les autres coursiers auprès desquels l’entraide parait compliquée. Isolé, le coursier l’était avant la crise par son statut et sa situation de travail. Là, il a été rendu indispensable mais également invisible.

L’organisation des plateformes est échafaudée sur le principe de l’isolement. Pour quelles raisons ? Des collectifs de livreurs voient le jour et tentent de défendre leurs droits. Ont-ils une chance d’y parvenir face à cet écrasant système de plateforme ?

Cet exemple des travailleurs à vélo questionne « l’ubérisation », ou la « plateformisation », du travail, un modèle qui se répand bien au-delà de la livraison de repas.

Élisabeth Leblanc, psychologue du travail et des organisations, actuellement doctorante et chargée de mission à l’Anact, partagera les résultats de ses recherches auprès des livreurs à vélo.

Elle partage cette citation avec les auditeurs : 

” La révolution industrielle n’aurait sans doute pas permis tant de progrès si le droit social n’était pas venu l’humaniser.

À nous tous maintenant d’humaniser plateformes et algorithmes pour que leur potentiel considérable puisse vraiment s’exprimer et être mis au service des travailleurs et du progrès collectif.”

Citation du livre Désubériser, reprendre le contrôlede Florian Forestier, Franck Bonot, Odile Chagny, Mathias Dufour, éd. du Faubourg, mars 2020.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article