fbpx

L’Unesco lance un appel mondial pour soutenir les musées



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Seuls les subsides publics peuvent faire tenir les musées. Face à la chute globale du tourisme et les fermetures prolongées des lieux de culture, la situation est catastrophique. « Sur la base des données fournies par 87 États membres de l’UNESCO dans le cadre d’une enquête en ligne menée en mars dernier, un nouveau rapport dresse un bilan provisoire de la situation des 104 000 musées face à la pandémie et confirme leur fragilité après un an de pandémie. En 2020, les musées ont été fermés 155 jours en moyenne et nombre d’entre eux ont subi de nouvelles fermetures depuis le début de l’année, ce qui a entraîné une diminution de 70% de leur fréquentation et une chute des recettes de 40 à 60% en moyenne par rapport aux résultats de 2019 » rapporte le communiqué de l’organisation qui dépend des Nations Unies.

 

Élément inquiétant, alors que les recettes des visites sont en chute libre, les aides publiques ont-elles aussi diminué : « Malgré les mesures mises en place (campagnes de sensibilisation ou la mise en place de protocoles de sécurité renforcés), décrites dans ce rapport, les subventions publiques ont diminué pour près de la moitié des musées des États ayant répondu à cette question, parfois drastiquement, puisque ces coupes peuvent atteindre 40% du montant des subventions d’avant la pandémie. Cette tendance a de quoi alarmer. Non seulement parce que les fermetures prolongées, la baisse vertigineuse des fréquentations et des recettes pèsent sur l’organisation du secteur muséal, en rendant aussi plus difficile les mesures de conservation ou de sécurité des établissements tout comme les relations avec le public et les populations avoisinantes ; mais aussi parce que les musées, rappellent les auteurs du rapport, jouent un rôle essentiel dans la vie économique et sociale et dans le relèvement post-COVID. »

 

Parmi les pistes à étudier pour tenter de compenser les pertes, l’Unesco avance l’idée de lancer des opérations numériques que ce soit par « l’inventaire des collections » ou des initiatives dans les domaines de la recherche ou de l’éducation.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :