fbpx

L’Union internationale du rail défend les effets vertueux de ce moyen de transport



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Mi-mars, l’Union internationale du rail (UIC) et l’organisation des Nations Unies pour le développement régional (UNCRD) ont discuté des « chemins de fer durables en Asie-Pacifique ». « Poursuivant la collaboration et les rencontres de l’UIC avec des partenaires internationaux de la région, les experts ferroviaires ont été invités à participer à l’événement et à en apprendre davantage sur les travaux de l’Union internationale des chemins de fer dans le domaine de la durabilité. Plus de 110 participants de plus de 30 pays d’Asie, d’Océanie et d’Europe, y compris des conférenciers et des panélistes, ont assisté à l’événement et ont participé à la discussion » tient à préciser l’UIC.

Les chemins de fer répondent aux enjeux de développement, de mise en relation des zones post industriels avec des régions en développement tout en restant cohérent avec les enjeux environnementaux et climatiques. « À la suite des présentations, lucie Anderton et Ganesh Raj Joshi, chercheur à l’UNCRD, ont animé une table ronde sur les défis de la neutralité carbone et sur la manière de faire du rail une partie intégrante d’une reprise verte après la pandémie de Covid-19, avec la participation des panélistes suivants : Sanjay Kumar, directeur principal des matériaux chez Indian Railways, Francisco Furtado, Modeller/Analyste au Forum international des transports (ITF), Cornie Huizenga, PDG, CESG pour la Banque asiatique de développement (BAD), Dr Surya Raj Acharya, professeur invité à l’Institut d’ingénierie de l’Université Tribhuvan, Népal, Kulwant Singh, spécialiste de la mobilité et ancien conseiller régional, ONU-Habitat, et Sandeep Jain, responsable des affaires économiques à l’ONU-ESCAP, qui ont discuté des possibilités pour le rail d’aider à accélérer une reprise verte et juste de la pandémie » appuie le communiqué.

Sans que des décisions concrètes émergent de ces discussions, les organisateurs ont affirmé être très satisfaits. Et notamment car ils estiment que ce genre de discussions permet de constituer une « communauté ferroviaire ».

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :