La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Marche Look Up et Débat du siècle sur Twitch pour que le changement climatique percute les radars politiques

https://www.novethic.fr/fileadmin/marche-climat-look-up-FRED-SCHEIBER-AFP.jpg
marche climat look up FRED SCHEIBER AFP

Publié le 14 mars 2022

ENVIRONNEMENT

Des milliers de personnes dans les rues de France samedi, cinq candidats sur la chaîne Twitch pour le Débat du Siècle sur le climat, dimanche. La mobilisation des mouvements associatifs et citoyens a, un peu, fait bouger les lignes mais ne met toujours pas la lutte contre le changement climatique en haut de l’agenda des élections présidentielles. À moins d’un mois du premier tour, le débat n’aura sans doute pas lieu même si la guerre en Ukraine remet en cause tant de choix énergétiques coûteux.

Samedi des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues des grandes villes de France à l’appel de plus de 500 organisations environnementales. Leur mot d’ordre : Look Up, slogan adopté par ceux qui tentent de mobiliser les foules pour éviter le pire dans Don’tLookUp le film sur le déni. Ils espéraient réveiller une campagne présidentielle qui, après avoir démarré sur le thème de la sécurité et de la xénophobie, est maintenant tétanisée par la guerre en Ukraine.

Le débat sur le Monde D’après qui avait émergé grâce à la pandémie de Covid-19, ne semble momentanément plus possible. Il devait pourtant chercher à s’adapter à un monde où les catastrophes climatiques s’enchaînent et que la Russie peut bombarder et envahir l’Ukraine sans que l’Europe soit en capacité de renoncer à son pétrole et son gaz. Il y avait un boulevard pour débattre du mix énergétique français, exposer aux citoyens les arbitrages à faire entre chaque énergie et les enjeux de consommation. Deux mois après que la Commission Européenne a décidé d’inclure dans sa taxonomie le gaz et le nucléaire comme énergies de transition, la guerre en Ukraine rebat les cartes.

Cinq candidats ont joué le jeu

De la même façon, le prix de l’essence met au premier plan les enjeux de mobilité durable. Au lieu de cela, on parle retraite à 65 ans ou redevance télé et le changement climatique occupe au mieux 2 % du temps d’antenne. C’est pourquoi le Débat du siècle est une initiative précieuse. L’idée des ONG environnementales à l’origine de l’Affaire du siècle, était de faire plancher les candidats uniquement sur le climat pour qu’ils expliquent leurs propositions. Seuls des médias alternatifs, Twitch et Blast, ont accepté de jouer le jeu et seuls cinq candidats sur douze se sont prêtés à l’exercice. Par ordre d’apparition à l’écran : Yannick Jadot, Valerie Pécresse, Fabien Roussel, Philippe Poutou et Anne Hidalgo. Ses organisateurs appellent à partager largement le Débat du Siècle “pour qu’il devienne viral et qu’on parle enfin du climat”. 

Ce serait dommage que son audience reste confidentielle car elle montre ce que pourrait être une campagne des Présidentielles où les programmes sont passés au crible par des journalistes qui connaissent les sujets sur lesquels ils interrogent les candidats. Paloma Moritz et Jean Massiet ont, pendant plus de trois heures, accordé une demi-heure à chaque candidat. Chacun devait “pitcher” son programme écologique pendant quatre minutes avant de passer au jeu des questions-réponses. Cet exercice inhabituel permettait vraiment pour les électeurs qui font du climat une priorité de voir les différences entre les uns et les autres.

Deux grands absents

Si Yannick Jadot ou Anne Hidalgo ont déroulé leurs programmes dans lesquels l’environnement a une place centrale, c’était beaucoup plus nouveau pour Valerie Pécresse, Philippe Poutou ou Fabien Roussel. La première a rappelé sa proximité avec le Jacques Chirac de “la maison brûle et nous regardons ailleurs” et exprimé son désir de refaire un Grenelle de l’Environnement. Le second a mis l’accent sur les liens entre crises climatiques et la prédation économique des criminels climatiques dénoncés par le livre de Mickaël  Correia. Le dernier s’est efforcé de défendre ses choix de soutenir ceux pour qui la voiture est indispensable et la consommation de viande, avec modération.

Restaient deux grands absents ! “Nous regrettons qu’Emmanuel Macron n’ait pas souhaité participer à cette émission”, a affirmé Jean Massiet, l’un des deux animateurs de l’émission qui a ajouté que jusqu’au dernier moment tout avait été mis en œuvre pour qu’il vienne. Pour Jean-Luc Mélenchon, il semble que le rendez-vous soit seulement remis à plus tard dans la semaine.

L’inaction climatique de la France a été condamnée par les tribunaux alors, quel que soit le candidat élu le 24 avril, il devra faire des choix permettant au pays de tenir ses engagements climatiques.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :