fbpx

Mark Boyle : la vie sans aucune technologie

Tout abandonner afin de vivre sans technique. Cela vous réalisé peur ? L’écrivain irlandais Mark Boyle peut tenté l’expérience. Lors de s’être lancé un défi en 2008 de vivre sans fric, il décide sous 2016 de vivre sasn plus technologie.  

Une histoire racontée dans  le dernier numéro tél de WE LENDEMAIN , disponible de kiosque et  sur bb, boutique en ligne . François Siegel, cofondateur de la revue, a été sur le plateau de JT de 23h de  Fran c einfo   cela mercredi 29 septembre pour narrer la mise en oeuvre de ce objet.  

“Mark Boyle va jusqu’au morceau de ses convictions, donc pour le contacter, personnes ne lui donne expédie pas un mail et on pas l’appelle pas. Ce dernier a fallu vivre par son publiciste pour trouver ces coordonnées de son secteurs, puis écrire – facteur pour qu’il lui transmette la lettre” , explique-t-il.

Vivre sans technique, une expérience “dans l’ère du temps”

Mark Boyle raconte son expérience avec l’ouvrage  L’Année sauvage   (ed. Les Arènes), paru en juin 2021. Une quotidien sans ordinateur, ni réseaux sociaux, bien entendu. Néanmoins également, sans électroménager, sans voiture, sans plus téléphone et même sans plus lumière électrique.  

“On a l’impression qu’il est contents dans cette existance,   il a bati sa maison , & il a un ensemble de échanges avec des plus vielles copines qui habitent auprès. C’est une vaste évolution dans la vie, et ce lequel est intéressant, c’est que trois période après le début du expérience, il habite toujours dans sa maison & il n’a particulièrement pas envie de glisser de vie” , explique François Siegel.

“L’une des perfections de ce phénomène est qu’il n’y a pas 2 jours identiques. Cela permet de rester alerte” , souligne Mark Boyle à Nigel Dickinson, le nouvelliste WE DEMAIN recommencé à sa est en harmonie avec.  

Une expérience “dans l’ère du temps” , estime François Siegel. À une époque site sur lequel beaucoup essaient d différemment, d’être à vocation plus décroissants. De  se reconnecter au rythme de la vocation   & des saisons.

“Il ne s’agit point d’être un starets ou de se couper de la réalité… mais de la définitive virtuelle” , signale simplement l’Irlandais dans notre journaliste.  

Retrouvez le division Mark Boyle :   “Le jour où j’ai abandonné la technologie” dans  WE DEMAIN n°35 . Un numéro décliné en kiosque et  au sein de notre boutique on line .  

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article