fbpx

Métier de demain : banquière itinérante

Depuis un an, l’auteur et blogueur écolo Julien Vidal va à la rencontre de ceux qui exercent un métier de demain dans le podcast “2030 Glorieuses”. La fondatrice d’une marque de cosmétiques durables, une journaliste à impact positif, une agricultrice urbaine ou encore la fondatrice d’un village de Tiny Houses

Autant de personnes qui incarnent à ses yeux des “utopies réalistes” pour un futur souhaitable. Dans ce cadre, le fondateur de l’association Ça commence par moi a réalisé des fiches métiers. L’objectif : “Tendre de nouvelles perches professionnelles à la jeunesse et aux personnes qui se réorientent pour qu’elles puissent s’épanouir dans leurs métiers en contribuant à la société durable et solidaire de demain”

Parmi les personnages rencontrés par Julien Vidal, Alice Longuepe, banquière itinérante à La Nef, une coopérative de finances solidaires. Elle nous explique ce qu’est ce métier précurseur.

Alice Longuepe, banquière itinérante

Métier de demain : banquière itinérante
Alice Longuepe (Crédit : Linkedin)

– Quel est l’intitulé de votre métier ? 
Banquière itinérante.

– Quel est votre secteur d’activité ? 
La Finance solidaire et la banque éthique.

– Comment décririez-vous votre métier à quelqu’un qui n’en n’a jamais entendu parler ? 
C’est le circuit-court de l’argent : nous collectons de l’épargne pour ensuite l’utiliser en réalisant des prêts à des projets qui participent à la transition citoyenne et environnementale. 

– À quoi ressemble votre semaine type ? 
Rencontres avec des porteurs de projet, animation de la vie coopérative, analyse financière et extra financière, participation à des jury divers en lien avec l’ESS, suivi d’un portefeuille emprunteur, gestion des comptes courants professionnels. 

– Quelles sont vos responsabilités ? 
Je suis en charge de la région des Hauts de France, avec Mathilde qui est arrivée en septembre 2020 pour m’aider. Nous finançons les projets qui oeuvrent dans les domaines de l’écologie, de la culture et du social. 

– Qu’est-ce qui vous rend heureux dans l’exercice de votre métier ? 
Je découvre tous les jours de nouvelles initiatives, et je me sens utile grâce à la NEF dans la transition citoyenne. 

À lire aussi : 3 néo-banques écolos “pour dépolluer votre argent”

Un métier de plus en plus sollicité

– En quoi contribuez-vous aux 2030 Glorieuses ? 
Mon métier est encore précurseur, mais en 2030, il n’y aura plus que des banquiers itinérants ! 

– Quelles sont les compétences (savoir-être, talents) nécessaires pour assurer votre métier ? 
Analyse financière, sens du contact.

– Quelles sont les formations et le niveau d’étude nécessaires ? 
Formation bancaire, niveau Bac+3 minimum.

– Quelle est la rémunération mensuelle moyenne ? 
Variable selon l’expérience, entre 1 600 et 2 300 euros mois.

– Quelles sont les organisations et/ou entreprises qui peuvent vous aider à concrétiser votre engagement professionnel ? 
Je travaille avec beaucoup de prescripteurs : France Active, experts-comptables, pôles d’excellence (Euratech, eurasanté, euralimentaire), France Initiative, BGE, CCI…. 

– Comment voyez-vous votre activité évoluer ? Comment pourriez-vous encore renforcer votre impact ? 
Nous sommes de plus en plus sollicités d’année en année, les porteurs de projet sont à la recherche de sens et de valeur. Il faut se faire connaître davantage du grand public pour que la finance solidaire ne soit pas qu’à la portée d’une minorité.

Retrouvez tous les épisodes du podcast “2030 Glorieuses” ICI.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :