La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Motorisation hybride des blindés : les intérêts stratégiques d’une mesure écologique



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

La démonstration de force des blindés russes peine à se réaliser en Ukraine. Et parmi les explications, le défi de l’approvisionnement serait clé. « S’il est encore trop tôt pour établir le retour d’expérience [RETEX] de l’invasion de l’est de l’Ukraine par la Russie, il apparaît cependant que, d’après ce que l’on peut avoir via les réseaux sociaux, les chars de combat sont à la peine. Ainsi, certains estiment que, en trois semaines, les forces russes auraient perdu au moins 270 chars T-72 et autres T-80. Et cela pour au moins deux raisons : l’efficacité des missiles antichar livrés aux forces ukrainiennes [Javelin, NLAW] et les difficultés d’approvisionnement en carburant, les convois logistiques étant régulièrement pris pour cible par les soldats ukrainiens » commence un article publié par le site spécialisé Opex360 .

L’article estime ainsi que cette situation donne plus de force aux arguments des sociétés qui développent des blindés à motorisation hybride : « Et, au-delà des considérations écologiques [qui ne pèsent pas bien lourd quand il s’agit de faire la guerre…], celle-ci présente d’autres avantages, comme celui de réduire significativement la signature thermique et sonore d’un véhicule, de donner une « capacité d’esquive » en combinant la puissance de deux moteurs et d’être « résilient » sur le terrain, avec, en quelque sorte, un moteur de secours. Tout cela ne peut qu’avoir des effets sur la manœuvre tactique. »

Une société française, Arquus, planche ainsi sur des projets d’hybridation des chars tout en développant un véhicule de ce type, baptisé SCARABEE. Pour les chars classiques, les besoins en carburant pourraient chuter grâce à cette technologie. D’après des responsables de la société cités par Opex360 la consommation baisse de l’ordre de 40%. Ainsi, un char Leclerc qui a besoin de 40 litres par heure au ralenti pourrait passer à 8 litres par heure avec le système développé. Avec pour argument tactique, une autonomie multipliée par trois soit trois jours de combat avec un seul plein.

Lire ici en intégralité l’article source sur le site Opex360

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :