La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Nouvelle-Calédonie : un ultime référendum sans les indépendantistes

VIRUS REFERENDUM NOUVELLE CALEDONIE

L’État maintient le troisième référendum d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie au 12 décembre. Les indépendantistes refusent d’y participer en raison de la crise sanitaire qui touche durement l’archipel.

Vendredi 12 novembre, le haut-commissaire (représentant de l’État français en Nouvelle-Calédonie), a mis fin à un faux suspense en confirmant la décision prise en juillet dernier : le troisième référendum d’autodétermination « ne sera pas fragilisé par des conditions sanitaires puisque la crise sanitaire est maîtrisée, et donc les Calédoniennes et les Calédoniens qui souhaitent se rendre aux urnes le 12 décembre, pourront le faire ». Tout tient en un mot : l’État n’appelle pas l’ensemble des électeurs à participer à ce scrutin historique, mais uniquement ceux qui le « souhaitent ».
Longtemps épargné, le Caillou a enregistré 273 morts liés au Covid-19 depuis le 9 septembre. Mais depuis lundi 15 novembre, les mesures de confinement commencent à être levées. Pour autant, la campagne référendaire se fera sans grand rassemblement public. Surtout, elle se fera sans les indépendantistes, qui ont confirmé leur décision de ne pas participer au scrutin.
Les loyalistes, partisans du Non à l’indépendance, se sont réjouis, à l’image de la présidente de la province sud, Sonia Backès : « Le chef de l’État, en respectant sa parole et en ne cédant pas aux menaces des indépendantistes, nous a démontré qu’il tenait à la Calédonie et qu’il l’aimait. »
L’indépendantiste Roch Wamytan souligne pour sa part que 80% des victimes du Covid sont des Kanaks : « Il faut essayer de comprendre la culture kanak et l’importance que nous accordons au deuil. » Le sénat coutumier a d’ailleurs institué une année de deuil kanak. Et Charles Washetine, un autre responsable indépendantiste, s’insurge :

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article