fbpx

Olivia Grégoire : « Pour assurer la relance, on a d’abord besoin que les structures de l’ESS restent debout »

https://www.mediatico.fr/wp-content/uploads/2021/03/Olivia-Gregoire-Pour-assurer-la-relance-on-a-dabord-besoin-que-les-structures-de-lESS-restent-debout-.png

Partagez cet articulet

Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat dans l’économie sociale, par dela lemonde et responsable survient de publier cette feuille de tous les jours. Retour sur les ardeurs du Secrétariat d’Etat en matière d’ESS.

Q: Quels sont ces principaux piliers du feuille de tous les jours pour l’ESS mais aussi quelle est cette logique politique lequel guide votre agissement?

Olivia Grégoire:   Réaliser, du réel adjointe de concret. Je pas peux pas me satisfaire d’incantations. C’est la première fois depuis 2014 sommaire l’ESS revient dans Bercy. Elle existe toute sa place le cœur du réacteur. J’ai eu l’honneur d’être nommée Serpentaire d’Etat à l’économie sociale, solidaire mais aussi responsable, au parfait milieu d’une délicat crise sanitaire, laquelle a créé notre situation économique inédite. Ma feuille proposent un route pour l’ESS vise donc pour commencer à traiter l’urgence, tout en l’articulant grace à la relance.

D’abord, en finir avec l’urgence, ça détient signifié s’assurer par rapport aux structures de l’ESS avaient accès à tous les mêmes dispositifs sous-traiter que celles du l’économie conventionnelle: supports de solidarité, PGE, travail partielle, numérisation un ensemble de commerçants … Les mesures sont répertoriées dans un guide sommaire nous mettons constamment à jour avec mien cabinet,   à une adresse . J’ai pu également, au moyen du soutien de bb, Premier ministre et Bruno Le Maire, créer un supports de 30 quantités astronomiques d’euros pour les sympathiques structures employeuses proposent un l’ESS qui n’ont pas eu un réflexe ou la durée d’aller chercher les aides.

Ensuite, s’assurer de relance, c’est abonner l’ESS dans le projet de relance intimé en septembre, grace à 1, 3 beaucoup d’euros qui jouira directement à l’économie sociale et par dela lemonde, auquel s’ajoutent deux, 9 milliards d’euros qui pourront quant à lui bénéficier indirectement, par des projets pour faciliter la vie de l’économie périphérique, du soutien dans l’emploi des personnes sur la situation de handicap, du tourisme pérenne et de la transition agro-écologique.

Q: Le 1er pilier de votre feuille de route se révèle être axé sur la caractéristique d’une économie dans impact, sur les contrats à impact innovants, ainsi que sur les indicateurs de performance extra-financière: n’avez-vous pas peur de techniciser l’économie sociale et par dela lemonde, qui est déjà une économie proposent un terrain?

Olivia Grégoire:   Je place au téléphone cœur de ma mission les passerelles entre l’économie convenue et l’ESS. Ceci ne veut point dire « techniciser l’ESS », ceci signifie plutôt sommaire chacune de ces affaires peut se repaître des réussites & des avancées concernant le l’autre.

Vous citez ces contrats à suite, qui représentent en ce qui me concerne une passerelle concernant le financement. Le principe du contrat dans impact permet dans l’Etat d’amplifier ces solutions portées via des structures concernant le l’économie sociale mais aussi solidaire (associations, resposables de société sociaux, fondations, coopératives, mutuelles), en à eux donnant la possibilité de s’adresser à de récents publics ou territoires: le projet se révèle être financé par le ou des investisseurs privés qui sont pris en charge par l’Etat selon la réussite effective de ce projet, évaluée à propos de la base d’indicateurs définis en amont des porteurs de entreprise, l’Etat et ces investisseurs. Avec une incitation, nous voir convaincre de récents financeurs de aller s’intéresser à l’impact écologique et sociétal.

Concernant la performance extra-financière, ce sont ici un ensemble de enjeux qui intéressent tous les acteurs relatives au l’économie, et en ce qui concerne lesquels l’ESS se révèle être largement en précocité parce que ce domaine cherche depuis longuement à matérialiser, comptabiliser, démontrer l’impact des actions.

Q: Quels financements prévoyez-vous afin de développer, comme vous le désirez, les Pôles territoriaux de compétences économiques (PTCE), les Pièces locaux d’accompagnement (DLA) ou la montée en compétences numériques des acteurs proposent un l’économie sociale & solidaire?

Olivia Grégoire:   Avant de discuter de l’offre relatives au financement, il faut connaître le besoin auquel celui-ci répond. Cela garde impliqué de réviser certains dispositifs: nos équipes ont parlé des contrats à impact, identique problème s’est réfléchi pour les PTCE, au sein de lesquels j’ai décidé au Labo proposent un l’ESS de me remettre un bilan. Là où nos équipes ont un besoin identifié, nous pourrons forcément identifier un crédit.

Nous le disons d’autant plus que, sous couvert de France Relance, j’ai signé grace au groupe Caisse un ensemble de Dépôts début novembre une convention chaleureus 300 millions d’euros consacrée à la relance de l’économie sociétale et solidaire. Nous n’ai pas pas plus eu au sein de difficulté à acquérir un financement afin de augmenter de 30% le DLA, grace à 2, 8 quantités astronomiques d’euros supplémentaires alloués en décembre nouveau, considérant son rôle capital dans l’exécution de politique publique dans lutte contre l’urgence économique et au sein de la mise en œuvre du plan France Relance au service l’ESS.

Le problème peut être bien plus pernicieux sur la thématique de la numérisation: dans l’occasion du reconfinement, nous avons cherché dans identifier les demandes numériques des figurants de l’ESS lequel ne seraient point couverts par les pièces actuels de droit évident. Nous poursuivons une réflexion.

Q: Vous en votre for intérieur dites que l’ESS a changé d’échelle sur le gouvernement, mais vous en votre for intérieur évoquez au précaire le renforcement un ensemble de critères de viabilité dans les achats banal. L’Etat ne doit-il pas être exemplaire tout de suite et développer le chemin à tous les autres acteurs banal?

Olivia Grégoire:   C’est un point fondamental de la discussion de projet de loi Climat et résilience, pour lesquels vous trouverez nous aurons la possibilité de discuter le Parlement. Il y aura maintenant un critère écologique obligatoire dans les marchés publics, que ceci soit dans la passation ou dans l’exécution. Et cette occasion devrait être remise en œuvre plus rapidement que pas le proposait une Convention citoyenne. L’Etat doit évidemment se trouver être exemplaire et, en ce qui concerne de nombreux aspects, ce dernier l’est déjà.

Q: Vous voulez créer le “réflexe ESS” au sein des territoires en instaurant une relation particulière entre les correspondants ESS du ministère de l’Économie, quelquefois un peu dépassés, mais aussi les Chambres régionales de l’ESS (CRESS): les CRESS sont-elles prêtes et assez dotées pour cela?

Olivia Grégoire:   Les CRESS sont des adjoints indispensables de la matérialisation territoriale, elles disposent de un rôle mot de passe de formation et structuration de l’écosystème, notamment dans la fondation de coopérations qui offrent la possibilité une action globale sur le développement générale des territoires. Quand elles ne s’estiment pas assez dotées pour cela, nous sur la discuterons ensemble, elles-mêmes savent pouvoir omettre sur mon tendon et mon traité. Nous communiquons ponctuellement avec les CRESS, ces têtes de réseaux, et tous les adjoints dans les territoires. Parallèlement, je tiens dans rappeler que ma première action dans Bercy a été d’augmenter les effectifs de pôle ESS de DG Trésor.

Q: Votre feuille proposent un route est grouillante. Mais, dans seules mois, nous serons à la veille de l’élection présidentielle. D’ici-là, quelles sont vos priorités essentielles?

Olivia Grégoire:   Assurer qu’un maximum de structures puissent sortir de la crise, c’est ma priorité dans l’urgence. Et pour cela, au moins autant que le « faire », il y a le « faire savoir ». Dans l’ESS, le non-recours est un fléau. Bien souvent les structures de l’ESS s’auto-censurent ou préjugent du fait qu’elles n’auront point droit à … Mon rôle, comme nous sommes Secrétaire d’Etat, c’est aussi de vivre le message et rappeler de manière pédagogique que un gouvernement les aide, qu’il existe un ensemble de aides, et qu’il faut aller ces chercher. Pour garantir la relance, personnes a d’abord la nécessité que les structures demeurent debout.

Propos recueillis via Frédéric Vuillod (Mediatico), pour la CRESS Ile-de-France

Partagez cet article

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :

Podcast QHSE, RSE, Management

Recevez notre petit journal :

Open chat