Logo COBEL Le Blog
La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Olivier Véran revient sur les événements et erreurs dans la gestion du Covid-19



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

S’il est un constat que tout le monde peut faire, c’est que le Covid-19 a beaucoup abimé la confiance entre l’opinion et la parole publique. Les oppositions et contradictions manifestes entre des prises de paroles pullulent dans les médias et sur les réseaux sociaux. Masques, contaminations ou non, vaccins, les exemples sont multiples. Une réalité que souligne l’un des principaux concernés, l’ancien ministre de la Santé Olivier Véran. Ce dernier, aujourd’hui porte-parole du gouvernement, publie un livre dans lequel il revient sur la gestion de cette crise Covid.
 
« Pas de mensonges, mais plusieurs loupés. C’est ainsi qu’Olivier Véran, actuel porte-parole du gouvernement, présente le début de la gestion de l’épidémie de Covid-19 par l’exécutif français. L’ancien ministre de la Santé sort jeudi un ouvrage dans lequel il revient sur les coulisses de cette crise sanitaire sans précédent. Nomination à la rue Ségur, premier déplacement en Italie – alors le foyer de l’épidémie en Europe, premières restrictions sanitaires… Olivier Véran raconte l’émergence de la première vague, les réponses des autorités publiques à celle-ci dont certaines jugées aujourd’hui insensées. Au printemps 2020, l’exécutif recommandait en effet à la population générale de ne pas porter de masque, se basant sur les conseils émis par l’Organisation mondiale de la Santé et alors que de nombreux États se disputaient des équipements de protection » rapporte BFMTV.

Reconnaissant des erreurs, il s’excuse tout en se dédouanant, expliquant que les erreurs ont été commises collectivement étant donné que les connaissances ont évolué au fil de l’eau. Des excuses qui n’en sont pas vraiment alors que c’est bien la méthode Véran qui a fait beaucoup de dégâts. A l’image de Emmanuel Macron ou du Conseil scientifique, ce sont les prises de paroles dans un ton souvent condescendant voire péremptoire qui rend les critiques aussi acerbes. A celui qui assène qu’il ne peut pas se tromper, on a plus de mal à pardonner les erreurs.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :