La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

“Où finissent nos vêtements ?” : sur France 5, le documentaire qui révèle les dessous de la filière du don

vetements pollution hugo clement Winter productions

Publié le 20 décembre 2021

ENVIRONNEMENT

Des vêtements donnés à la Croix-Rouge qui finissent sur des plages du Ghana, polluant l’océan et les écosystèmes. Dans un nouveau numéro du documentaire “Sur le front” diffusé le 19 décembre sur France 5, le journaliste Hugo Clément remonte la filière peu reluisante des vêtements de seconde main. Au total, seulement 3 % des vêtements collectés sont redistribués. 

On le sait, le secteur textile est l’un des plus polluants au monde. Utilisation intensive de l’eau, pesticides, substances toxiques, transports… la facture écologique de nos vêtements est particulièrement élevée. Et cela ne concerne pas seulement la production. Dans un nouvel épisode du documentaire “Sur le front”, le journaliste Hugo Clément s’est plongé dans la seconde vie de ces centaines de milliers de tonnes de vêtements donnés chaque année par les Français. 

Où finissent les vêtements dormant dans nos placards que nous avons décidé de déposer dans une benne estampillée Croix-Rouge ? Si le donateur pensait fournir des vêtements à des familles en difficulté près de chez lui, il n’en est rien. Selon l’enquête menée par Hugo Clément, l’ONG revend les ballots de vêtements à la tonne. Après être passés par la Belgique, où les habits sont triés en fonction de leur état, les ballots sont notamment envoyés au Ghana, en Afrique, pour être revendus sur place. Nos vêtements inondent alors les marchés. Mais les invendus, eux, sont jetés dans des décharges sauvages.

“Alors qu’on pense faire une bonne action en donnant nos vieux habits, une grande partie de ces articles est en fait revendue à l’étranger. La majeure partie d’entre eux n’aide pas des familles françaises en difficultés, mais sont exportés dans des pays pauvres où ils sont commercialisés. Et comme nous envoyons trop d’articles de très mauvaise qualité, beaucoup finissent leur long voyage dans des décharges à ciel ouvert et… dans les océans”, explique Hugo Clément.

Consommer moins

“Il n’existe pas de filière de recyclage local qui soit économiquement rentable, donc la meilleure solution est de les exporter”, explique dans le documentaire la directrice du centre de tri Evadam en Belgique. Au total, seulement 3 % des dons collectés sont redistribués et plus de la moitié des vêtements collectés seraient exportés à l’international, principalement en Afrique, selon les chiffres de l’éco-organisme Re-fashion. L’enjeu est donc avant tout de réduire sa consommation de vêtements alors qu’une filière plus responsable est en train d’émerger.

Le documentaire met en effet en lumière plusieurs acteurs d’une mode durable. Hugo Clément va ainsi à la rencontre d’un entrepreneur français qui a inventé, dans le Tarn, une machine permettant de recycler du fil usé. En Normandie, c’est Pierre Schmitt qui fait vibrer cette fibre responsable. L’entreprise est en effet en train de faire renaître l’industrie du textile français grâce au lin, matière beaucoup plus écologique que le coton. 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :