La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Pénuries de lait infantile aux États-Unis et de lait en poudre à Cuba, symboles de la fragilité des chaînes d’approvisionnement

https://www.novethic.fr/fileadmin/penurie-lait-infantile-USA-Samuel-Corum-AFP.jpg
penurie lait infantile USA Samuel Corum AFP

Publié le 24 mai 2022

Panique dans les familles américaines. La pénurie de lait infantile, démarrée avec le Covid-19, a été accentuée par la fermeture d’un site de production soupçonné d’être contaminé par une bactérie. Il fournissait le quart des besoins du pays. La crise du lait infantile montre le risque posé par la concentration du secteur entre quelques grands acteurs, loin d’être infaillibles. À 200 km des côtes américaines, Cuba fait aussi face à une pénurie de lait en poudre, le pays ne parvenant plus à importer la précieuse denrée, faute de financement. 

C’est un nouveau signal de la fragilité des chaînes de production mondiales. Après les puces électroniques pour les voitures, l’huile de tournesol, le papier ou encore certains matériaux de construction, c’est désormais le lait infantile qui vient à faire défaut aux États-Unis. Les ruptures de stock dans les magasins américains n’ont cessé d’augmenter depuis le début de l’année pour atteindre, selon CNN, jusqu’à 45 % de produits manquants en mai. Alors que de nombreux parents, paniqués, cherchent par tous les moyens à se procurer du lait pour leurs enfants, certaines chaînes de distribution ont été obligées de rationner les achats de ce bien de consommation essentiel.

Les raisons de cette panique sont multiples. La pandémie de Covid-19, en premier lieu, a bousculé les chaînes de production dès 2020 entraînant des réductions dans l’approvisionnement des magasins qui se sont répercutées jusqu’au début de l’année. Mais c’est le rappel en février dernier par Abbott Nutrition de la production de son usine de Sturgis, dans le Michigan, qui a amplifié le phénomène. La Food and drug administration (FDA), l’agence fédérale américaine des médicaments et des denrées alimentaires, avait imposé la fermeture de l’usine, une bactérie susceptible d’avoir causé la mort de deux enfants ayant été détectée. 

Le lait infantile devenu cause nationale

La société Abbott fournit 25 % du lait infantile consommé aux États-Unis, l’arrêt de son site de production a donc eu des effets dramatiques sur l’approvisionnement. L’effet a été plus durement ressenti par les familles les plus vulnérables, qui bénéficient du programme WIC (Women, infant and children) qui achète pour elles le lait infantile précisément auprès d’Abbott. À tel point que la nourriture des enfants est devenue cause nationale ! Le gouvernement de Joe Biden a eu recours à la loi pour faciliter l’accès à la précieuse denrée, en promulguant le “Access to baby formula act” (loi sur l’accès au lait infantile), qui permet aux familles bénéficiant du WIC de diversifier leurs sources d’achat de lait.

Joe Biden a également réveillé le Defense production act, qui permet d’imposer aux fournisseurs des usines de lait infantile de servir en premier leurs clients américains, pour accélérer la production. Le gouvernement a par ailleurs décidé d’importer du lait, notamment d’Europe. Un premier avion de l’armée transportant 31 tonnes de boîtes de lait en poudre venu d’Allemagne est ainsi arrivé en début de semaine en Indiana. D’autres devraient suivre.

La chaîne d’approvisionnement à la peine

La pénurie actuelle met en lumière un dysfonctionnement latent de la chaîne d’approvisionnement des États-Unis, pays pourtant le plus industrialisé du monde. Au début des années 2010, la Chine avait connu exactement le même problème avec une production locale contaminée, ayant entraîné des pénuries. La Chine s’était notamment tournée vers les producteurs français pour résoudre la crise. Aux États-Unis, la gestion stratégique de la chaîne alimentaire semble avoir failli et Brian Geese, conseiller économique de Joe Biden s’en alarme. “Comment arrive-t-on à une situation où trois entreprises se partagent 90 % du marché ?“, se demande-t-il dans une émission sur CNN. Pour le conseiller de la Maison Blanche, il faut “ramener de la concurrence dans notre économie, avoir plus de fournisseurs de lait infantile pour qu’aucune entreprise n’ait autant de contrôle sur la chaîne d’approvisionnement“.

Pas loin des États-Unis, Cuba connaît également une pénurie de lait depuis plusieurs mois. À l’inverse des États-Unis, le petit pays ne parvient pas à produire son propre lait, la nourriture des vaches étant, elle-aussi, très coûteuse. L’État insulaire importe une grande partie de son lait en poudre de Nouvelle-Zélande ou d’Amérique du Sud. Mais la pandémie retarde les chaînes d’approvisionnement, et Cuba n’a pas le poids des États-Unis pour en accélérer le rythme. Surtout, l’embargo américain relancé par Donald Trump assèche les finances du pays, qui peine à poursuivre ses importations.

Arnaud Dumas, @ADumas5

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :