fbpx

Plan d’actions post-Lubrizol. Quel impact sur l’industrie ? L’exemple d’Elkem Silicones à Saint-Fons (69)

https://www.faceaurisque.com/wp-content/uploads/2021/03/Entrance-Saint-Fons-4-@Elkem-Silicone.jpg

L’exploitation avant le 26 septembre 2019, date de l’incendie de Rouen

En matière de prévention, tous les procédés font l’objet d’une analyse de risques selon une méthode standardisée afin d’identifier les risques majeurs pour mettre en place les mesures de maîtrise des risques (MMR). « Dans les zones plus à risque vis-à-vis de l’incendie, l’établissement s’est doté entre 2018 et 2020 d’un réseau d’explosimètres, détecteurs d’atmosphères explosives, souligne Sébastien Stérin, directeur du site. Nous installons du matériel correspondant aux exigences requises dans les zones Atex et nous avons des procédures en place pour gérer les travaux par point chaud. »

Avant l’incendie, quatre exercices POI (plan d’opération interne) étaient organisés chaque année, auxquels participent les pompiers auxiliaires (80 sur le site) et le SDMIS pour l’un des exercices. « Notre arrêté préfectoral impose une présence minimale de pompiers auxiliaires sur le site en permanence. Ils viennent en soutien des sapeurs-pompiers professionnels qui interviennent en cas d’accident. Les premiers à intervenir sont ceux de la Plateforme d’intervention des pompiers de Saint-Fons (PIPS), dédiée aux sites chimiques, et qui connaissent très bien notre site. Si l’évènement prend de l’ampleur, ils font appel au SDMIS », détaille Sébastien Stérin.

Concernant la protection incendie, l’usine dispose d’un réseau d’extinction incendie dans les bâtiments de production et les pompiers de la PIPS viennent sur place en cas de déclenchement des détecteurs. Une grande partie des bâtiments sont sprinklés, y compris les entrepôts de stockage et les unités de production en extérieur qui l’exigent.

Concernant la gestion de crise, sont organisées des astreintes direction, exploitation et techniques (électrique, mécanique, informatique) 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Un robot d’appel téléalerte est utilisé pour appeler les membres du poste de commandement exploitant (environ 30 personnes).

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article