Logo COBEL Le Blog
La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Planter des arbres dans les déserts : une fausse bonne idée face au réchauffement climatique ?

planter arbres deserts climat

Planter des arbres dans les déserts pour lutter contre le réchauffement climatique ? Une idée défendue depuis des années, mais qui pourrait s’avérer très peu efficace, selon une étude israélienne.

Face au réchauffement climatique, la plantation d’arbres, ou la reforestation, est souvent présentée comme une solution de premier plan. L’idée : planter des arbres par millions, afin qu’ils absorbent le CO2 excédentaire présent dans l’atmosphère pour leur croissance.

Localement, certains proposent même de planter des arbres dans les zones arides ou désertiques, pour faire d’une pierre deux coups. À la fois capter du CO2 et lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi transformer des zones naturelles désertiques en zones plus vertes, donc plus utiles aux sociétés humaines.

Pourtant, planter des arbres dans le désert pourrait finalement être une fausse bonne idée face au réchauffement climatique. C’est en tout cas ce que conclue une étude menée par deux universités israéliennes et publiée dans la revue Science. En cause : l’effet de la végétation sur l’abédo.

Reboiser les déserts : quel potentiel face au réchauffement climatique ?

Les chercheurs ont voulu étudier le potentiel d’atténuation du réchauffement climatique qui pourrait être atteint en plantant des arbres dans des zones désertiques. À l’aide de données satellites, ils ont quantifié les zones désertiques dans lesquelles il serait possible de planter des arbres de façon soutenable (c’est-à-dire les zones où les arbres seraient susceptibles de survivre). À partir de ces données, ils ont pu estimer quelle quantité de gaz à effet de serre serait stockée si l’on plantait des arbres dans les zones désertiques.

Au premier abord, les résultats sont encourageants. Sur Terre, près de 448 million d’hectares de zones arides pourraient être « afforestées » avec différentes espèces d’arbres. Ce faisant, on pourrait absorber environ 32 milliards de tonnes de CO2 sur une période de 80 ans. Pourtant, les chercheurs estiment que ce potentiel d’absorption aurait en fait peu d’impact en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Pourquoi ? Tout simplement car ce carbone absorbé serait en grande partie compensé par la hausse des températures engendrées par la présence des arbres.

Planter des arbres, absorber plus de chaleur

Cela peut en effet paraître contre-intuitif, mais dans certaines situations, la présence de végétaux peut faire augmenter la température localement, à cause d’une modification de l’albédo. L’albédo, c’est en quelque sorte la capacité d’une surface à réfléchir l’énergie (la lumière, la chaleur). Plus une surface réfléchit la chaleur, moins elle l’absorbe, et inversement. C’est ce que l’on observe avec les revêtements des bâtiments : un revêtement sombre, noir par exemple, réfléchit moins la chaleur, il l’absorbe plus, qu’un revêtement blanc. En conséquence, il fait souvent plus chaud autour des surfaces sombres.

C’est la même chose avec les végétaux. Si l’on remplace une surface claire, avec un fort pouvoir réfléchissant, par une surface plus sombre, on augmente la quantité de chaleur absorbée par l’écosystème, et donc, les températures augmentent localement. Or, la plupart des zones arides et des déserts sont claires, et réfléchissent donc beaucoup la chaleur. En plantant des arbres (généralement de couleur sombre) sur ces surfaces, on augmente donc la quantité de chaleur absorbée par la Terre.

Un effet minime sur le climat, des écosystèmes transformés

C’est cet effet que les chercheurs ont voulu mesurer. Ils ont donc mis en place des simulations permettant d’estimer comment l’albédo serait modifié si l’on plantait des arbres dans les zones désertiques, en fonction des espèces d’arbres, des types de sols, etc.

Selon leurs estimations, la chaleur supplémentaire absorbée par les écosystèmes si l’on plantait des arbres dans les déserts serait très significative. L’équivalent d’environ 2/3 des émissions de gaz absorbées par les arbres seraient ainsi « compensées » par la hausse de chaleur, soit 22 milliards de tonnes sur 32.

Si l’on plantait des arbres dans toutes les zones désertiques identifiées, le bénéfice en termes d’émissions nettes équivalentes ne serait que de 1% des émissions globales sur la période. Un effet minime sur le climat, donc, mais un effet potentiellement gigantesque sur les écosystèmes mondiaux. Les déserts abritent en effet une biodiversité unique, et leur existence impacte les écosystèmes voisins en régulant certains flux et cycles naturels (eau, vents, etc…). Les transformer pourrait donc avoir des conséquences importantes et imprévisibles sur le reste des écosystèmes mondiaux.

L’illusion du miracle de la reforestation

Cette étude est une nouvelle illustration du fait qu’il ne faut pas tout miser sur des solutions miracles clé en main comme la reforestation. Planter des arbres, reforester, restaurer les écosystèmes naturels sont autant de potentielles solutions pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ces solutions sont très partielles. On ne sauvera pas le climat en plantant des arbres, mais bien en réduisant à la source nos émissions de CO2 dans les secteurs qui en génèrent le plus (transports, production d’énergie, production alimentaire).

Surtout, cette étude illustre encore la complexité des interventions humaines sur la nature. La reforestation est une problématique aux enjeux pluriels, à la fois climatiques, écosystémiques, économiques, sociaux. Avant de mettre en oeuvre des programmes de plantation d’arbres, il convient donc de prendre en compte l’ensemble de ces dimensions pour éviter les dérives et les dysfonctionnements.

Dans ce monde complexe qui se dessine devant nous…

…nous sommes plus que jamais déterminés à décrypter et analyser tous les grands phénomènes qui agitent nos sociétés. A mettre sur le devant de la scène de l’information fact-checkée, basée sur la science, sans a priori et sans concession. A fournir aux citoyens de meilleures clefs de compréhension et d’action dans un monde en transition.
Pour fournir une information indépendante, de qualité, disponible au plus grand nombre et sans publicité pour le nouveau 4×4, nous pensons que l’information doit être libre.
Mais cela ne peut se faire sans vous.

Nous avons besoin de vous pour construire avec nous une information de qualité et gratuite pour tous, pour la diffuser, pour la partager autour de vous, mais aussi pour nous aider à préserver notre indépendance financière.
Chaque fois que vous contribuez par exemple à hauteur de 50 euros (17 euros après déduction fiscale), ce sont 2 000 citoyens qui sont mieux informés sur des sujets d’avenir.

Merci d’avance, en espérant continuer longtemps à construire avec vous une information digne de notre avenir,

L’équipe éditoriale de Youmatter.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article