La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Plus d'un Français sur quatre a du mal à se déplacer : la précarité mobilité expliquée en une infographie

https://www.novethic.fr/fileadmin/transition-mobilite-durable-precarite-mobilite-voiture-electrique-velo-transports-en-commun-istock-Francesco-Rizzuto.jpg

Publié le 14 avril 2022

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Plus d’un Français sur quatre rencontre des difficultés à se déplacer. C’est ce que révèle le nouveau baromètre des mobilités du quotidien, publié par Wimoov et la Fondation pour la nature et pour l’Homme. 13,3 millions de Français seraient concernés par cette précarité mobilité en raison d’une trop forte dépendance à la voiture, aux carburants fossiles, de longues distances à parcourir et d’absence d’alternatives. La crise énergétique va encore aggraver la situation et renforcer les inégalités entre ceux qui pourront passer à des mobilités propres et ceux qui resteront coincés dans le thermique.

Nous sommes peut-être arrivés au bout du modèle du “tout voiture”, longtemps pensé comme le seul à même de permettre à tous les Français de se déplacer. Selon le second baromètre des mobilités du quotidien, publié fin mars par Wimoov et la Fondation pour la nature et l’Homme (FNH), 13,3 millions de personnes seraient aujourd’hui en situation de précarité mobilité, soit plus d’un Français sur quatre qui rencontre des difficultés à se déplacer. Leur profil-type : ils dépendent fortement de la voiture, ont un budget carburant élevé, doivent parcourir de longues distances et n’ont bien souvent pas d’alternatives. Parmi eux, plus de quatre millions n’ont aucun équipement, ni voiture, ni vélo, ni même abonnement à un service de transports communs.

“Il faut sortir de la politique actuelle uniquement concentrée sur l’offre. Cela s’est traduit par des investissements massifs dans les lignes à grande vitesse plutôt que dans les petites lignes et dans les infrastructures autoroutières”, estime Marie Chéron, responsable Mobilité au sein de la FNH. “Les industriels développent quant à eux des modèles toujours plus gros et plus chers. Le prix de la voiture a ainsi été multiplié par deux ou trois en quinze ans. Il faut absolument se reconnecter aux besoins et aux usages sur le terrain et prendre en compte les différentes catégories de population, et notamment les plus fragiles“, plaide-t-elle.

La précarité mobilité touche plus d un Français sur quatre 2

Un facteur d’inégalités

Cette précarité mobilité conduit les personnes concernées à restreindre leurs déplacements. Ainsi, selon le baromètre, 27 % des Français interrogés ont déjà renoncé à une ou plusieurs reprises à un déplacement (professionnel, médical, familial ou de loisirs) pour des raisons de transport ou de mobilité. C’est particulièrement le cas chez les personnes les plus fragiles, les isolant encore un peu plus. D’autant que les situations de précarité mobilité sont souvent associées à la précarité énergétique et/ou alimentaire.

La crise énergétique que nous subissons depuis l’automne devrait encore aggraver la situation. Le baromètre montre ainsi que la hausse du prix des carburants affecte en premier les plus jeunes, les personnes sans activité, les demandeurs d’emploi et les travailleurs avec un revenu inférieur à 1 500 euros nets par mois. “Les mesures de court terme ne suffiront pas“, estiment la FNH et Wimoov. Les deux organisations appellent à des mesures favorisant l’accompagnement vers la sortie des carburants fossiles et la réduction de la dépendance à la voiture individuelles.

Le risque sinon est d’accroître encore plus les inégalités. Le passage à l’électrique par exemple n’est pour l’instant le fait que des foyers les plus aisés, creusant un écart avec ceux qui resteront coincés dans leurs véhicules thermiques. D’autant qu’avec le développement des zones à faibles émissions, la voiture d’un tiers des automobilistes pourrait à court terme être interdite d’accès dans certaines parties du territoire. Sans surprise, les publics les plus à risques sont les foyers aux plus faibles revenus, les jeunes, les demandeurs d’emplois et les ouvriers. Autre facteur d’inégalités, le recours au télétravail, les personnes ne le pratiquant pas affichent une dépendance plus forte à la voiture.

Concepcion Alvarez @conce1

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article