La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Plus tenaces que le béton

171 BETON2

En octobre dernier, le tribunal administratif a donné raison aux paysans du Val de Turdine et au collectif Quicury contre l’implantation d’une zone logistique à 40 km de Lyon. Une nouvelle victoire écologique pour ceux qui se battent pour un avenir paysan et vert dans la campagne lyonnaise.

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c’est toujours comme cela que ça s’est passé. » Cette citation de l’anthropologue Margaret Mead, les militants de l’Ouest lyonnais ont décidé d’en faire leur leimotiv.
En fin d’année, le collectif des paysans du Val de Turdine et de l’association Quicury ont pu sabrer la bière bio : le tribunal administratif de Lyon a invalidé le projet de construction d’une plateforme logistique de 19 737 m² porté par le promoteur Argan pour le compte de la Smad, une entreprise spécialisée dans la dialyse.
Adieu les camions et le béton : à Sarcey, les terres sur lesquelles les collectifs avaient fait pousser du blé vont rester des terres, pour l’heure.

Une bataille de paperasse

« Espoir de vie et de biodiversité », « Bienvenue en Quicury »… Sur zone, les affiches sont toujours là. « Elles commencent à s’effacer à force, il va falloir les changer », plaisante un bénévole. Dans le même temps, les militants ont réussi à faire reculer un projet d’extension d’Intermarché à quelques kilomètres. Deux ans auparavant, le géant ID Logistics avait également laissé tomber une potentielle installation dans ce secteur. Il devait alors s’installer sur 20 hectares.
Autour d’un café, les militants nous exposent quelques leçons de ces victoires. La clef de la réussite ? La patience et l’appétence pour la documentation juridique d’abord. « On a dû éplucher 1000, peut-être 2000 pages de dossier », souffle Robert Lhomme, alias « Bob ». Le moustachu l’admet volontiers : « Les gens ne vont pas s’intéresser à tout ça, c’est tellement chiant à lire. » Reste que, organisés en commission, le travail a été fait. Forte de 400 membres à jour de cotisation, l’association Quicury, appuyée par le collectif paysan, a pu compter sur un noyau dur de 50 militants actifs.
L’action s’est appuyée sur des profils variés et, parfois, pointus. « On a un ancien chauffeur routier, ancien conseiller aux prud’hommes. Forcément, ça aide, sourit Bob. Il faut travailler les dossiers, car il y a forcément des erreurs. »

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :