fbpx

Pollution aux mégots : les industriels vont verser 80 millions d'euros par an aux collectivités

https://www.novethic.fr/fileadmin/Megots-de-cigarette-plage-pollution-Henk-van-Dijk.jpg

Publié le 11 août 2021

ENVIRONNEMENT

Le principe du pollueur-payeur atteint enfin le secteur du tabac. Chaque année, plus de 20 milliards de mégots se retrouvent dans la nature et polluent massivement les eaux, que ce soit à travers les pluies ou directement l’océan où ces déchets finissent par arriver. Un éco-organisme va collecter une taxe de 80 millions d’euros par an auprès des industriels, qui sera reversée auprès des collectivités locales.

D’année en année, le message finit par passer dans la population à part auprès de quelques idiots récalcitrants : “on ne jette pas nos déchets par terre“. Mais il reste un produit qui fait exception à cette bonne pratique. Chaque année, quelque 23,5 milliards de mégots sont jetés au sol ou dans la nature en France. Un chiffre colossal qui a de lourdes conséquences écologiques puisqu’un seul mégot pollue jusqu’à 500 litres d’eau (l’équivalent de presque quatre baignoires). Le ramassage et la dépollution sont des coûts importants pour la société.

Aussi, désormais 80 millions d’euros par an vont être alloués aux collectivités pour ramasser ces déchets, a annoncé le 10 août le ministère de l’Environnement. Cette décision s’inscrit dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire de février 2020. Elle a permis de créer une filière “à responsabilité élargie des producteurs” (REP) pour les mégots, afin de diminuer la présence de plastiques dans l’environnement, et les océans en particulier.

Nouvel éco-organisme

Selon ce principe, celui qui fabrique, qui distribue ou qui importe un produit doit prendre en charge sa fin de vie. C’est ce que l’on appelle la responsabilité élargie des producteurs (REP), ou le principe du “pollueur-payeur“. Avec cette nouvelle filière, une contribution financière sera donc versée par les entreprises du secteur du tabac, puis reversée aux collectivités pour financer des campagnes de collecte, de sensibilisation, d’affichage, ainsi que des opérations de distribution de cendriers de poche sur les plages ou dans les rues, ou certaines opérations de nettoyage.

Elle financera aussi des projets visant à développer des moyens de collecte des mégots innovants et des solutions de recyclage. Cette mission sera assurée par un nouvel éco-organisme Alcome, qui a reçu son agrément du ministère de la Transition écologique le 10 août pour une durée de six années. Alcome est l’organe de représentation de quatre grands fabricants de cigarettes.

Ludovic Dupin avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article