La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Protection des végétaux : identifier au plus tôt l’arrivée du scarabée japonais en France

Le scarabée ou hanneton japonais (Popillia japonica) s’est propagé et établi en dehors de son aire d’origine, le Japon, d’abord aux États-Unis puis en Europe. Il a ainsi été repéré pour la première fois en Italie en 2014 et en Suisse en 2017. L’Anses a réalisé une expertise pour évaluer la probabilité d’introduction de l’insecte ainsi que ses impacts et recommander les mesures de gestion en termes de surveillance puis de lutte qui peuvent être mises en œuvre. « Pour l’instant il n’a pas encore été détecté en France, mais il n’y a aucune raison qu’il n’entre pas sur le territoire », explique Christine Tayeh, coordinatrice scientifique au sein de l’unité Expertise sur les risques biologiques du laboratoire de la santé des végétaux de l’Anses, qui a piloté cette expertise. « Selon les résultats de l’expertise, rien ne s’oppose non plus à son établissement en France : c’est un insecte qui se déplace facilement, les conditions de température et de précipitation lui sont favorables et comme il peut consommer de nombreuses espèces de plantes présentes sur le territoire français il n’aura pas de difficulté à trouver des sources de nourriture. »

Des dégâts possibles sur des centaines d’espèces végétales

L’arrivée du scarabée japonais suscite l’inquiétude : l’adulte se nourrit préférentiellement de feuilles, tandis que les larves s’alimentent des racines des plantes hôtes. Plus de 400 espèces de plantes sont concernées, dont plus d’une centaine présentes sur le territoire français métropolitain. Parmi elles, des plantes cultivées à des fins alimentaires : prunier, pommier, vigne, maïs, soja, haricot, asperges, etc. ; des espèces forestières, comme l’érable plane ou le peuplier ; des plantes ornementales, par exemple les rosiers ou certaines espèces présentes dans les pelouses et gazons. En consommant les feuilles, le scarabée japonais réduit la surface foliaire, ce qui diminue la capacité de photosynthèse des plantes et donc potentiellement leur rendement. Les dégâts occasionnés par l’insecte peuvent aussi diminuer la valeur esthétique des plantes ornementales. 

L’enjeu de la surveillance : détecter le scarabée dès son entrée sur le territoire

Il est impossible d’empêcher l’entrée du scarabée en France : il peut à la fois voler au stade adulte (de fin mai à septembre) et avoir un comportement autostoppeur, c’est-à-dire qu’il peut être transporté sur n’importe quel support, pas uniquement sur les plantes dont il se nourrit. La stratégie consiste donc à détecter sa présence de façon précoce, notamment à l’aide de pièges équipés de leurres mixtes (combinaison de phéromones sexuelles et d’attractifs floraux). Ces pièges devront être disposés dans des endroits stratégiques, comme le long de la frontière française avec les pays où l’insecte est présent et à proximité des points d’entrée clés, tels que les ports ou les aéroports, ainsi que des réseaux de transport. Une sensibilisation des principaux acteurs, notamment les professionnels des différentes filières concernées, est aussi recommandée.

Empêcher son établissement par des moyens de lutte adaptés

Il est essentiel d’agir dès l’arrivée de l’insecte sur le territoire : « Nous pensons qu’il y a une chance d’éradiquer le scarabée japonais dès le début de l’invasion, à condition de déployer des moyens de surveillance dynamiques puis de lutte tant que la population est encore faible et isolée. Les éradications qui ont réussi dans l’Oregon et en Californie se sont faites dans ce contexte », précise Christine Tayeh.

En cas de détection d’un individu, le groupe de travail en charge de l’expertise recommande de délimiter une zone infestée. Celle-ci devra faire l’objet d’une surveillance renforcée et de l’utilisation combinée de plusieurs moyens de lutte, adaptés selon les disponibilités et les autorisations d’utilisation. Cela inclut le piégeage de masse, l’utilisation de produits phytopharmaceutiques de synthèse et la lutte biologique. De plus, des pratiques culturales ont aussi démontré leur efficacité dans la réduction des dégâts associés aux adultes et la survie des larves, telles que la réduction de l’irrigation en période de ponte ou le labour du sol à l’automne. Si de telles actions ne sont pas déployées dans les plus brefs délais après la détection du scarabée japonais, empêcher sa dissémination une fois établi sur le territoire risque d’être long, avec une faible chance de succès, estiment les experts.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article