fbpx

Quand l’eau-de-vie retrouve ses esprits

La fabrication des spiritueux est quasiment monopolisée par l’industrie. Mais de jeunes artisans distillateurs s’installent en nombre. Certains d’entre eux, décidés à redonner du sens au métier, se sont regroupés autour du Manifeste de la gnôle naturelle.

Il n’y a pas si longtemps, tout le monde connaissait, dans les campagnes, l’odeur typique de la fumée de l’alambic, celle de la gnôle en train de se faire, goutte à goutte. « Et puis Pétain a interdit aux particuliers de distiller librement. Le savoir-faire s’est raréfié. Aujourd’hui encore, les spiritueux sont taxés 70 fois plus que le vin ! L’État a massacré le milieu. » Baptiste François s’énerve encore : «  L’Europe nous impose de fabriquer certaines préparations comme les vodkas et les gins avec de « l’alcool éthylique agricole à 96 % », donc distillé de manière industrielle, y compris en bio. On ne sait même pas quelle est la céréale ou le fruit qui constitue la matière première. Allez voir sur le site internet de Tereos (multinationale sucrière, Ndlr) comment c’est fabriqué : c’est dégueulasse ! »
Baptiste François, établi dans le Cantal, est distillateur de métier, comme ses camarades héraultais de l’Atelier du bouilleur. Ces derniers font macérer des baies de genièvre dans une eau de vie produite par leurs soins : « Ceci n’est pas du Gin, mais du Gn », précisent-ils, en guise de clin d’œil à la réglementation européenne…

« Alchimiste, et non chimiste »

Voilà une dizaine d’années que les distillateurs artisanaux, à l’image de Baptiste François et de l’Atelier du bouilleur, relèvent la tête face à l’assommoir industriel. Ce renouveau est « une vague de fond. Sur le millier d’entreprises aujourd’hui référencées, la moitié a émergé ces trois dernières années ». Baptiste, la trentaine, fait partie de cette vague. Sa philosophie : travailler avec le fruit, toujours le fruit, encore le fruit. Pas même de pesticides dans la matière première, de soude ou de peroxyde dans le moult, de sucre et d’arômes synthétiques prêts à l’emploi, de glycérine pour la structure, de colorants artificiels pour la couleur, de colle de poisson pour la clarification… « Les seuls additifs de mes gnôles, ce sont l’eau, et les copains pour les boire. »

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :