fbpx

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

https://www.novethic.fr/fileadmin/journal-du-dimanche-THOMAS-OLIVA-_-AFP.jpg

Publié le 22 octobre 2021

ENVIRONNEMENT

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l’âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités environnementales tant le rejet des messages portés par les jeunes générations emmenées par Greta Thunberg, est fort chez les Boomers qui se répandent dans les médias.

L’efficacité de la lutte contre le changement climatique passera par une forte mobilisation de citoyens capables de comprendre la nature du danger et de pousser par voie électorale, au sein de leurs entreprises et ailleurs, des nouveaux modèles dont ils mesureront les bénéfices. La Convention Citoyenne pour le Climat a montré comment une information complète et scientifique sur les enjeux climatiques, transformait des citoyens en activistes proposant des changements radicaux et légitimes. On pouvait espérer que le mouvement fasse tache d’huile. Malheureusement les chaines toute info ont décidé d’agiter des épouvantails (immigration, insécurité, wokisme, Greta Thunberg…) et les porte-parole des boomers y sont nombreux, à l’image d’Alain Finkielkraut ou de Laurent Alexandre. En revanche, le climat, malgré les catastrophes à répétition n’a toujours pas la place qu’il mérite. 

Des semeurs de doute

La nomination de Jerome Bellay (79 ans) à la tête du Journal du Dimanche qui tire à plus de 150 000 exemplaires et celle de Patrick Mahé (74 ans) à la tête de Paris Match qui dépasse les 650 000 exemplaires, propulsent à la direction de ces deux medias populaires, deux hommes de la génération qui se tient le plus loin possible de l’agitation climatique. Ces deux titres du groupe Lagardère sont contrôlés par Vincent Bolloré qui leur applique une stratégie similaire à celle d’Europe 1 où Jean-Pierre Elkabbach (84 ans) est arrivé à la rentrée et le chef du service politique est Louis de Raguenel, qui vient de Valeurs Actuelles. Or le journal d’extrême droite dont le lecteur moyen a plus de 60 ans, est obsédé par le péril vert. Après des Unes anti Greta Thunberg ou Sandrine Rousseau, les dénonciations régulières des ayatollahs verts, il s’active contre “l’écologie politique, ce nouveau radicalisme à combattre”. 

Pour surmonter les conflits de générations sur le changement climatique, il faut lui donner la place scientifique qui lui revient. Or la stratégie de Vincent Bolloré qui a conquis à la hussarde le groupe Lagardere après celui de Canal Plus est tout autre. Il cherche à semer le doute, ligne déjà observable sur Cnews

Rupert Murdoch propriétaire de Fox News, a permis à Trump aux États Unis et à Scott Morison en Australie, d’être élus et d’imposer dans leurs pays des politiques pro énergies fossiles. La France condamnée à agir sur le climat, aurait besoin de médias animés par des journalistes formés à comprendre l’urgence climatique. La domination grandissante de Vincent Bolloré sur les medias français n’est pas de bon augure. 

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article