fbpx

Quel est le profil des entreprises les plus visitées par l’inspection du travail en 2021 ?

Au premier semestre 2021, les agents de contrôle de l’Inspection du travail ont effectué près de 132 000 interventions dans quelque 80 000 établissements, selon le bilan publié le 23 septembre par le ministère du Travail.

Des actions qui, dans 65 % des cas, ont concerné des structures de moins de 50 salariés, les secteurs du BTP et du commerce ayant concentré, respectivement, 27 % et 12 % des contrôles.

Dans le contexte de crise sanitaire, les questions de santé et de sécurité sont passées au premier plan, avec plus de 45 000 interventions. De fait, 16,3 % d’entre elles (21 570) ont porté sur l’accompagnement et le contrôle des entreprises dans la mise en œuvre des mesures de protection contre le Covid-19.

La prévention des chutes de hauteur – qui ont causé 16 accidents mortels au premier semestre – représente 12,3 % des opérations (16 230). Et près de 7 000 interventions ont visé le respect de la réglementation contre les risques liés à l’amiante.

Le travail illégal et les fraudes à l’activité partielle ont donné lieu à plus de 31 000 interventions. 23 000 ont porté sur les différentes formes de travail illégal (prêt illicite de main d’œuvre, travail dissimulé, marchandage…), tandis que la fraude à l’activité partielle comptabilise plus de 3 000 contrôles.

6 400 interventions sur l’égalité professionnelle

Pas loin de 8 000 opérations ont relevé de la fraude au travail détaché, souligne le ministère du Travail. « Un chiffre en baisse du fait de la réduction du nombre de travailleurs détachés depuis la crise sanitaire, mais qui recoupe aussi des actions mieux ciblées et parfois des investigations plus longues.

Les Dreets (directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités, ex-Direccte, NDLR) ont ainsi infligé 256 amendes administratives. »

Thème cher au gouvernement, l’égalité professionnelle est resté dans le viseur de l’Inspection du travail, avec plus de 6 400 interventions portant sur la mise en œuvre de l’Index de l’égalité professionnelle, le respect des négociations obligatoires et l’application des dispositions concernant l’augmentation salariale des salariées de retour de congés maternité.

En parallèle, les services ont notamment instruit près de 3 500 décisions (demandes de dérogation à la durée du travail, règlement intérieur, santé-sécurité…). Et notifié 732 sanctions administratives dont 25 avertissements pour non-respect de la durée du travail, salaires non versés, ou encore non-respect des règles en matière d’hygiène, de restauration et d’hébergement.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :