La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Sécheresse : la réalité du changement climatique rattrape la France

https://www.novethic.fr/fileadmin/remplissage-citerne-a-Taulanne-sud-est-france-Christophe-Simon-AFP.jpg
remplissage citerne a Taulanne sud est france Christophe Simon AFP

Publié le 05 août 2022

ENVIRONNEMENT

Une centaine de communes en France ont les robinets à sec. La sécheresse historique que connaît l’Hexagone cet été a conduit à mettre en place des restrictions d’eau sur la majorité du pays, sans que cela n’empêche les pénuries. Et la situation pourrait se reproduire à l’avenir, les épisodes de canicule et de faible pluie devenant plus fréquents en raison du changement climatique. Il devient de plus en plus urgent de s’adapter.

La situation se fait de plus en plus tendue sur le front de la sécheresse en France. Le mois de juillet a été l’un des mois les plus secs jamais enregistrés et la situation risque de durer. Météo France n’annonce pas de pluies significatives avant plusieurs jours, mais prévoit déjà l’arrivée d’une quatrième vague de chaleur dans l’Hexagone autour du 10 août. Les conséquences se font de plus en plus difficiles dans certains endroits. “Plus d’une centaine de communes en France aujourd’hui n’ont plus d’eau potable“, a annoncé Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique, lors d’un déplacement dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Le ministre de la Transition écologique explique que, dans ces communes, les approvisionnements “se font avec des camions d’eau potable qu’on achemine, puisqu’il n’y a plus rien dans les canalisations“. Il appelle à durcir certaines restrictions d’eau pour éviter que cela ne se reproduise dans d’autres territoires. Des villes comme Saint Malo ou des régions comme la Corse anticipent déjà, de leur côté, un risque de pénurie d’eau potable dans les prochaines semaines.

Une cellule interministérielle pour remonter les informations

Une grande majorité des départements métropolitains font l’objet de restrictions dans les usages de l’eau, 62 d’entre eux ayant atteint un niveau de crise, soit les deux tiers du territoire. Dans ce contexte, le gouvernement a décidé de convoquer une cellule interministérielle afin de faire face à cette sécheresse historique. Cette cellule vise à faire remonter régulièrement des informations des territoires les plus touchés, pour déclencher notamment les plans Orsec “eau”, qui permettent notamment d’organiser l’approvisionnement en eau potable. Les préfets de région vont par ailleurs réunir les autorités locales en charge de l’eau pour discuter de la priorisation des usages.

Plusieurs secteurs économiques étaient déjà directement touchés par les restrictions d’eau. À commencer par les agriculteurs, qui voient se profiler une baisse de leur production et un risque sur la production des fourrages servant à nourrir le bétail. Les centrales nucléaires doivent de leur côté abaisser leur production, en raison des faibles débits des cours d’eau et de leur température plus élevée quà l’accoutumée en raison des vagues de chaleur successives. Élisabeth Borne, la Première ministre, appelle désormais les particuliers à être “très vigilants quant à l’utilisation de nos ressources en eau“.

Une conséquence directe du changement climatique

Ces mesures prises dans l’urgence risquent cependant de ne pas être suffisantes à long terme. La situation inédite que connaît la France métropolitaine cet été, entre la succession de vagues de chaleur rapprochées et les très faibles pluies, est une conséquence directe du réchauffement climatique. Elle pourrait se répéter à l’avenir, voire s’amplifier si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas drastiquement réduites. L’adaptation à ces nouvelles conditions climatiques devient donc de plus en plus cruciale. Dans une interview donnée à La Provence, Christophe Béchu a ainsi déclaré que “l’adaptation, ce n’est pas une option, c’est de toute façon une obligation”. Reste à en connaître les mesures concrètes.

La Commission européenne appelle par exemple à mieux réutiliser les eaux usées, notamment dans le secteur agricole. Italie, Espagne, Pays-Bas… la France n’est en effet pas le seul pays affecté par la sécheresse, 11 % de la population de l’Union européenne étant soumis à des pénuries d’eau.

Arnaud Dumas avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article