La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Serge Moscovici et la notion centrale de consistance


Serge Moscovici et la notion centrale de consistance

Le style comportemental peut se définir, pour Serge Moscovici et ses collègues, comme une prise de position permettant au cours de l’interaction, de modifier le champ psychologique des personnes qui interagissent, en vue de parvenir à un changement socio-cognitif au sein du groupe considéré (modification des schémas perceptifs). Il fournit aux membres du groupe, durant l’interaction, un certain nombre d’informations sur l’objet à juger et sur les personnes qui vont afficher leur style

Plus précisément, le style comportemental doit donc  se voir comme un moyen pour permettre à un groupe minoritaire de faire valoir ses idées, en résistant à la pression sociale.

Encore faut-il saisir quels types de comportement il convient d’adopter pour qu’une minorité puisse devenir influente et favoriser l’émergence de normes nouvelles ?


La consistance aux plans intra et inter-individuel

En matière d’influence sociale, la consistance  est une forme de comportement qui peut se voir comme la répétition persistante d’une affirmation, l’évitement ou le refus de tous propos contradictoires et la construction de preuves suffisamment logiques pour devenir une base de certitude et d’engagement dans l’élaboration d’un choix cohérent.

Il faut en effet du courage et de la confiance en ses idées (persévérance) pour pouvoir durablement s’opposer à la majorité, détentrice du pouvoir et réussir à transformer les règles sociales existantes.

Pour le sociologue, cette capacité à influence trouve sa source majeure dans deux formes de consistance complémentaires, qui vont permettre à une minorité de faire prévaloir une contre-norme au sein d’un groupe en la rendant visible et cohérente et d’exercer une influence sur les jugements et opinions des autres membres du groupe:

  • la consistance intra-individuelle
  • la consistance inter-individuelle
On entend par consistance intra-individuelle, la capacité d’un individu à adopter le même comportement face à l’objet à juger, quelques soient le temps et la situation qui se présente à lui. Un individu consistant d’un point de vue intra-individuel, réagira donc de façon cohérente dans le temps et en toutes circonstances (élaboration d’un discours ferme, constant et cohérent). De même, on parlera de consistance inter-individuelle, si d’autres personnes que l’individu en question réagissent de manière similaire face à l’objet d’étude (existence d’un consensus entre plusieurs personnes). L’association de ces deux consistances intra et inter-individuel va ainsi permettre d’attribuer les causes de ce qui est dit, non pas à des caractéristiques personnelles (et donc nécessairement marginales) mais des propriétés stables et pertinentes liées au contenu du message.

L’ampleur de cette influence dépend naturellement de la signification que prend le point de vue défendu dans le contexte particulier dans lequel s’exerce l’influence (contexte de survie, situation d’urgence, degré d’incertitude…).

La perspective Moscovicienne tend ainsi à montrer que c’est la consistance dont vont faire preuve les acteurs concernés et leur poids numérique respectif, qui est la source déterminante de l’influence sociale et qui va permettre un processus subtil de modifications perceptuelles ou cognitives conduisant certains membres du groupe à abandonner ses réponses habituelles, afin d’en adopter d’autres.

Un tel processus, s’il est réussi, grâce à la consistance interne et interpersonnelle du discours, peut contribuer à un processus de conversion , puis dans un second temps à l’acceptation par la majorité des idées minoritaires (résolution du conflit socio-cognitif), sans que l’on précise nécessairement l’origine des idées produites.


En conclusion

Serge Moscovici est considéré comme le plus grand théoricien de la psychologie sociale, en remettant en cause la prédominance de l’influence par les majorités (mécanismes de conformisation) et le rôle essentiel des minorités dans les processus d’influence (influence sociale minoritaire). Dans ce domaine, à l’appui de différentes études convaincantes, il montre de quelle manière la minorité peut favoriser de nombreux changements sociaux et sociétaux grâce à un style comportemental consistant et au contexte dans lequel elle s’exprime.


Pour aller plus loin

Moscovici S. (1996), Psychologie des Minorités Actives, Quadrige, Presses Universitaires de France, Paris.
Moscovici S., Faucheux C. (1972), “Social Influence, Conformity Bias, and the Study of Active Minority”, in Berkowitz (L.) (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology, vol. 6, Academic Press, New York, p. 149-202.
Mosovici S., Lage E. (1976), “Studies in Social influence III: Majority versus Minority Influence in a group”, European Journal of Social Psychology, vol. 6, p. 149-174.
Moscovici S., Lage E., Naffrechoux N. (1969), “Influence of a Consistent Minority on the Responses of a Majority in a Color Perception Task”, Sociometry, n°32, p. 365-379.
Moscovici S., Zavalloni M. (1969), “The Group as Polarizer of Attitudes”, Journal of Personality and Social Psychology, vol. 12, n°2, p. 125-135.
Doise W., Moscovic S. (1992), Consensus et Dissensus, Une Théorie Générale des Décisions Collectives, Presses Universitaires de France, Paris.
Doms M., Moscovici S.(1984),”Innovation et Influence des minorités” in : Moscovici (Ed.). Psychologie Sociale, Presses Universitaires de France, Paris, p. 51-89.
Meier O., Management interculturel, 7ème éd., Dunod, 2019.
Meier O. et al., (2019) “Le rôle de la norme dans la performance individuelle des salariés”, Revue des Sciences de Gestion, 2, n°296, p. 11-22.
Meier O.. et al. (2018), “Les comportements déviants positifs”, XXème Congrès de l’AIPTLF,. Meier O. (2015), “L’articulation Droit -Gestion – Sociologie”, Séminaire de recherche, FMSH.
Meier O. (2013), “La question de l’autorité et de la légitimité”, Carnets du Business, Septembre.
Meier O., Allard poesi F., “Une analyse Moscovicienne des processus d’innovation et de changement”, Revue de Gestion des Ressources Humaines, n°36, 2000, p.48-68.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :