fbpx

Sœurs paysannes contre le machisme agricole

En polaire et en colère, trois femmes paysannes causent ensemble du sexisme quotidien dans le milieu agricole. Au marché, à la Chambre d’agriculture ou à la table du soir, la bande dessinée Il est où le patron ? de Maud Bénézit témoigne d’une lutte acharnée pour enfin reconnaître une place injustement oubliée.

« Ah dis-moi donc bergère, comment me parle-t-on ? Monsieur faut vous y faire, on a changé de ton, et mon pied au derrière n’est pas pour mes moutons », chantait Anne Sylvestre en 1975. Cette chanson d’une bergère en colère, c’est le début et la fin de la bande dessinée Il est où le patron ? de Maud Bénézit et du collectif des Paysannes en polaire. L’histoire d’une rencontre qui commence autour d’un café dans un petit marché d’un village de montagne. Il y a Coline qui fait du fromage de brebis, Anouk l’apicultrice et Joséphine, « la petite repreneuse » de Georges, un éleveur de chèvres qui va partir en retraite. Toutes les trois sont des femmes paysannes, qui prennent vie grâce au coup de crayon de la dessinatrice et aux anecdotes bien vécues du collectif formé par Céline Berthier, Marion Boissier, Fanny Demarque, Florie Salanié et Guilaine Trossat, des apicultrices, maraîchères, bergères ou encore fromagères en Ardèche et dans le Briançonnais.

Il est où le patron ? raconte au fil des saisons les réflexions féministes de sœurs paysannes face à un milieu agricole très patriarcal. Petit à petit, les trois personnages se lient d’amitié, se filent des coups de main et témoignent de leur quotidien avec le machisme ambiant. En stage à la Chambre d’agriculture, un mâle leur assène qu’« il faut avoir les couilles d’investir ! ». Au marché, les clients leur font des remarques sur leur tenue ou sur leur force, car Joséphine n’est « pas bien épaisse », qu’elle « va en baver pour la ménopause » et que « quand même elle pourrait mettre un soutien-gorge ». À travers la bande dessinée, les Paysannes en polaire ont décidé de témoigner des petites choses du système patriarcal.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article