fbpx

Stromae, lanceur d’alerte sur les maladies mentales

Publié le 10 janvier 2022

Le retour du chanteur Stromae est un phénomène musical majeur. Les Invisibles, sa chanson hommage aux “premières lignes de corvée”, a été vue plus de 43 millions de fois et son nouvel album Multitudes devrait enregistrer les mêmes records. Au-delà de son merveilleux talent d’artiste, Stromae est aussi un lanceur d’alerte sur le sujet tabou de la santé mentale. Le 20H de TF1 où il a chanté l’Enfer de “ses pensées suicidaires” est d’ores et déjà un moment très fort de télévision, revu plus d’un million de fois.

Il y a des chansons et des larmes qui en disent tellement plus sur la détresse et l’angoisse face au désir d’en finir que des statistiques froides. Stromae a chanté pour la première fois en direct dans le 20 heures de TF1, dimanche 9 janvier, “l’Enfer”, son texte sur la dépression et les envies de suicide qu’il éprouve. Ces émotions puissantes lui ont fait venir les larmes aux yeux et ont déclenché un raz de marée sur les réseaux sociaux. La vidéo a été vue 3,8 millions de fois en moins de 24 heures.

La détresse de Stromae est très largement partagée. Parler ouvertement de la dépression et de la gravité de l’angoisse qu’elle donne à ceux qui en souffrent, permet de remettre la santé mentale au premier plan. Grande oubliée de la pandémie du Covid-19, elle a failli être mise sur le même plan que l’épidémie à l’automne pour les assises de la santé mentale et de la psychiatrie. Un sondage commandé pour l’occasion par deux associations spécialisées, l’UNAFAM et la Fondation Pierre Deniker, révélait qu’un tiers des jeunes de moins de 24 ans avaient eu des pensées suicidaires ces derniers mois et que 4 dépressifs sur 10 disent que le confinement a aggravé leur état.

Santé Publique France confirme statistiquement ce sentiment. L’organisme réalise mensuellement une enquête CoviPrev, baromètre de la santé mentale des Français pendant l’épidémie de Covid-19. La dernière version, publiée le 23 décembre, affirme que 10 % des Français ont eu des pensées suicidaires au cours de l’année écoulée (cinq points de plus qu’en période normale) et que 18 % montrent des signes d’un état dépressif (huit points de plus qu’en période normale). Les populations les plus vulnérables étant les 18-24 ans, les inactifs, les personnes en situation financière difficile, celles ayant des antécédents de trouble psychologique et celles qui ont eu la Covid-19.

Effets secondaires du Lariam

Mêmes statistiques affolantes sur la prise de médicaments adaptés. Une enquête menée par Epipharm, qui a analysé quatre milliards de prescriptions entre mars 2020 et avril 2021 pendant les trois premières vagues de COVID 19, a enregistré une hausse de 10 % sur les psychotropes et les somnifères sur les premiers mois de 2021. L’écho retentissant de la chanson de Stromae est donc un signal d’alerte à prendre au sérieux sur cette grande détresse qui ne fait l’objet d’aucun protocole spécifique alors que les hôpitaux psychiatriques sont dans une situation encore plus préoccupante que les autres hôpitaux.

La santé mentale est un sujet qui mobilise Stromae depuis le début des premières atteintes de la maladie chez lui. Il l’attribue à la prise de l’antipaludéen Lariam dont il avait dénoncé médiatiquement les effets secondaires en 2017. Celui qui chante les “Invisibles” donne ainsi toute sa place à un handicap invisible dont souffrent des millions de personnes qui n’osent souvent ni l’avouer, ni se soigner. Une action de prévention pour ceux qui se sentent comme lui si seuls face à la dépression.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :