fbpx

Substances dangereuses pour le milieu aquatique dans les rejets des stations d'épuration urbaines : une nouvelle étude disponible

L’Ineris publie son rapport sur l’exploitation nationale des données de cette campagne.
En premier lieu, l’exploitation locale des données a permis aux Services de Police de l’Eau (SPE) de prescrire, au regard de la note technique du 12 août 2016*, la réalisation de diagnostics à l’amont selon les modalités prévues par cette même note.
Par ailleurs, les résultats des prélèvements ont également fait l’objet d’une exploitation nationale par l’Ineris, portant sur 476 STEU. Cette étude est destinée d’une part à partager les résultats ainsi obtenus avec l’ensemble des acteurs et parties prenantes, et d’autre part, à fournir des recommandations pour la prochaine campagne de surveillance.

L’étude présente :
•    l’analyse des résultats en termes de quantification et niveaux de rejet par substance ;
•    une exploitation métrologique visant à évaluer la fiabilité des résultats exploités ;
•    une identification du caractère perturbateur endocrinien avéré ou potentiel des substances recherchées ;
•    une analyse plus détaillée des résultats pour certaines substances à enjeux.

Consulter : https://www.ineris.fr/fr/substances-dangereuses-milieu-aquatique-rejets-stations-epuration-urbaines

* Note technique du 12 août 2016 relative à la recherche de micropolluants dans les eaux brutes et dans les eaux usées traitées de stations de traitement des eaux usées et à leur réduction

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article