fbpx

Thomas Pesquet s’envole de nouveau vers l’espace, en tant qu’ambassadeur du climat

https://www.novethic.fr/fileadmin/Mission-spaceX-ISS-Thomas-Pesquet.jpg

Publié le 23 avril 2021

ENVIRONNEMENT

C’est un grand moment pour l’histoire spatiale tricolore. Le spationaute Thomas Pesquet va repartir en direction de la station spatiale internationale ISS, à bord d’une Crew Dragon et sera capitaine de la mission. Depuis son premier voyage en 2018, ce dernier se place en défenseur de l’environnement. Il a même été nommé ambassadeur de bonne volonté de l’ONU sur ce sujet.

Ce vendredi 23 avril, Thomas Pesquet et trois autres astronautes prennent la direction de l’ISS, la station spatiale internationale. Cette mission sera une première à plus d’un titre. Notre astronaute nationale sera le premier Français à voyager à bord d’une capsule Crew Dragon de SpaceX. Il sera également le premier passager tricolore à être capitaine de l’ISS. Enfin, il réalisera pas moins de quatre sorties extravéhiculaires. Le décollage de la “mission Alpha” aura lieu vendredi 23 avril à 11h49 (heure française) depuis Cap Canaveral.

Les choses s’accélèrent du côté de l’espace ces derniers mois. Alors que le drone Ingenuity a fait son premier vol sur Mars, un exploit hors du commun, SpaceX a été choisi par la Nasa pour emmener de nouveaux humains vers la Lune dans les prochaines années. Ce sans compter la multiplicité des missions en cours vers notre satellite et Mars menées par l’Europe, les Etats-Unis, la Chine, Israël, les Emirats Arabes Unis, etc.

La capacité des humains à atteindre “facilement” l’orbite basse et bientôt nos planètes voisines est une excellente nouvelle pour notre planète. C’est depuis l’espace que la Nasa et l’agence européenne ESA nous informe de l’état des glaces de nos pôles et de la montée des océans. C’est depuis l’espace que l’agence spatiale européenne mesure l’évolution des températures globales et aide à mieux gérer les cultures agroalimentaires et la lutte contre la déforestation. C’est un vrai atout pour l’adaptation au changement climatique.

Données environnementales

Le New York Times, dans un plaidoyer pour la conquête spatiale, écrivait : “Nous vivons au début d’une ère sombre marquée par le réchauffement climatique. Mais nous vivons également un âge d’or de la donnée environnementale, dans lequel notre technologie spatiale peut fournir des mesures aux implications profondes“.

Ce n’est pas pour rien que l’ONU et son agence sur l’alimentation (FAO) ont choisi, le 12 avril dernier, Thomas Pesquet comme ambassadeur de bonne volonté pour “défendre l’action contre le changement climatique et la transformation des systèmes agroalimentaires“. “Nous avons besoin de l’aide de chacun. Nous avons besoin de la science. Et nous devons agir, surtout (…) Thomas Pesquet nous apporte une perspective unique, un point de vue depuis l’espace“, explique Qu Dongyu, patron de la FAO.

Lors de son premier voyage dans l’espace en 2018, Thomas Pesquet était revenu sur Terre avec une conscience aiguë du changement climatique. Cette expérience en orbite “met en avant des phénomènes globaux qui nous dépassent, comme le changement climatique, à une échelle qu’on peut mieux comprendre“, expliquait-il. “On voit la pollution des rivières, on voit la fonte des glaciers, on voit les coupes dans les forêts mais aussi la pollution de l’air au-dessus des grandes villes qu’on ne peut même pas photographier“.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :