fbpx

Un appel à marcher pour une “vraie” loi climat dimanche 28 mars

https://www.novethic.fr/fileadmin/manifestation-marche-pour-le-climat-paris-Concepcion-Alvarez.jpg

Publié le 26 mars 2021

À la veille de l’examen de la loi Climat et résilience à l’Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d’une “vraie” loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26 mars une tribune allant également dans ce sens. Ils dénoncent une loi amoindrie, qui ne permet pas de respecter les engagements climatiques de la France. 

Dernière ligne droite pour le projet de loi Climat et résilience. Et dernière opportunité pour tenter de le faire infléchir. Dimanche 28 mars, à la veille de l’examen du projet de loi issu des propositions de la Convention citoyenne pour le climat à l’Assemblée Nationale, les 150 citoyens de la Convention et plus de 400 organisations, parmi lesquelles Care, la Ligue des droits de l’Homme ou Greenpeace appellent à participer à une marche pour une “vraie” loi climat. 

Les 150 citoyens et les ONG dénoncent notamment un amoindrissement des 149 mesures initiales de la Convention par le gouvernement. Vendredi 26 mars, 170 marches étaient déjà prévues partout en France. Parallèlement, 225 personnalités politiques, parmi lesquels Olivier Faure, Eric Piolle, Anne Hidalgo ou Yannick Jadot, ont publié une tribune sur le site de France Info, pour appeler eux aussi à voter une “vraie loi” climat. 

Manque d’ambition

Au cœur des critiques : le manque d’ambition du texte final. “Le projet de Loi Climat déposé par le gouvernement est loin d’être à la hauteur de l’urgence écologique“, alerte ainsi le site internet dédié à la mobilisation. Un constat partagé. Haut Conseil sur le Climat, Conseil économique social et environnemental (Cese), Conseil National de la Transition écologique (CNTE)… Les avis sont unanimes : la loi Climat et résilience telle qu’actuellement présentée ne permet pas de répondre aux objectifs climatiques de la France, soit la neutralité carbone pour 2050.

Dans le cadre du passage de la loi en Commission du 8 au 19 mars, étape préalable pour préparer l’examen de la loi à l’Assemblée Nationale, plus de 5 000 amendements ont été à l’étude. Certains députés, comme Delphine Batho ou Mathieu Orphelin ont tenté de réintégrer des propositions des 150 citoyens abandonnées par le gouvernement dans l’objectif de réhausser les ambitions, comme l’arrêt de la publicité sur les SUV, ou la suppression des vols lorsqu’il existe une alternative en train à moins de 4 heures. Ces propositions n’ont pas été retenues.

Pauline Fricot, @PaulineFricot 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article