La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Un avenir noir pour le café ?


Un café de plus en plus cher


Crédit : Pixabay

Crédit : Pixabay

C’est encore et toujours la troisième boisson la plus bue au monde, derrière l’eau et le thé. Mais alors que les prix de vente ne cessent de croître, le café devient de plus en plus un produit de luxe, comme a si bien su le prouver le système Nespresso. En Europe, le prix du café a ainsi augmenté de 17% en an, selon les chiffres d’Eurostat, et même de 35% dans certains pays plus touchés encore par l’inflation. Il faut dire que, cultivé au bout du monde, torréfié, puis importé, le café coûte cher en transport et en énergie.

La consommation mondiale de café, stable malgré la crise actuelle, devrait encore augmenter de 3,3% l’an prochain. Alors qu’elle représentait déjà un énorme marché de 385 milliards de dollars en 2021, elle devrait atteindre la barre des 500 milliards à la fin de la décennie actuelle. Mais en parallèle, la production, elle, est en légère baisse de 2,1% avec 167,2 millions de sacs de 60 kg de café. Soit une réduction de 186.000 tonnes à l’échelle mondiale.


La moitié des plantations disparues à l’horizon 2050

Mais plus encore que la consommation ou les coûts de production et de transport, c’est en fait le changement climatique qui va décider véritablement de l’avenir du café. Les événements climatique extrêmes ne sont pas sans influence sur la production, tel le gel au Brésil (premier producteur et exportateur) en 2021, juste après une sécheresse, qui avait détruit un quart de la production du pays en quelques jours.

Pour bien produire,  le caféier arabica a besoin d’une température située, en moyenne altitude, entre 18 et 20 C°. Le moindre changement des niveaux de température, et la production s’effondrera. On estime ainsi qu’à l’horizon 2050, du fait du changement climatique, la moitié des surfaces dédiées à la plantation de café devraient avoir disparu. De quoi mettre en danger l’économie de pays entiers, à commencer par le Brésil, la Colombie, le Costa Rica ou le Vietnam, premiers producteurs de café au monde. Comment produire autant demain, et ce sans déforestation ? Entre hybridation des espèces pour mieux résister à la chaleur et nouvelles méthodes, le café va devoir se réinventer.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article