La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

https://www.novethic.fr/fileadmin/gouvernement-macron.jpg
gouvernement macron

Publié le 21 mai 2022

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent incarner un nouvel élan sur la transition écologique alors que le maintien à leurs postes de trois ministres hommes (Bruno Lemaire, Gérald Darmanin et Éric Dupont-Moretti) envoie un message de continuité à des postes régaliens. 

Le renouveau du gouvernement d’Élisabeth Borne ne vient pas de la transition écologique pour laquelle la trajectoire verte reste à préciser mais de l’éducation. En 2017, Emmanuel Macron avait choisi Jean-Michel Blanquer. En provenance de l’une des grandes écoles de commerce française, l’ESSEC qu’il dirigeait, il a été nommé pour reformer l’éducation nationale et l’adapter aux nouvelles attentes du monde économique en termes de compétences. Au fil des années il a accumulé les controverses, bataillant à la fois contre l’écriture inclusive, l’islamo gauchisme et le woke avant de culminer sur une gestion erratique des protocoles sanitaires pendant la crise du Covid-19 et de faire de Parcours Sup l’ennemi public numéro un des lycéens et de leurs parents. Son impopularité auprès des enseignants était à son paroxysme en janvier 2022. 

Emmanuel Macron et Élisabeth Borne ont donc décidé de changer de cap pour le second mandat. La nomination de Pap Ndiaye qui était, depuis février 2021, le directeur du musée de la Porte Dorée, le musée national de l’histoire de l’immigration, est un signal fort. Tout comme Élisabeth Borne, il se définit comme un “pur produit de la méritocratie républicaine”. Doté d’un palmarès académique impressionnant, il est agrégé d’histoire, ancien élève de Normale Sup et a travaillé pendant cinq ans aux États Unis sur l’histoire de la firme pétro chimique Dupont De Nemours avant de s’intéresser à la place des minorités issues de l’immigration et de publier, en 2008, “La Condition noire : essai sur une minorité française”. Il est l’un des porte-paroles médiatiques de lutte contre les discriminations et de la promotion de la diversité.

Pap Ndiaye, la seule surprise

Frère de l’écrivaine Marie Ndiaye, l’historien dont le père est Sénégalais disait dans une interview à Telerama : “La culture n’a pas de pouvoir magique, même si elle a un rôle essentiel à jouer. Elle doit refléter la multiculturalité de notre société et faire que chacun, quelle que soit son origine, puisse s’y retrouver sans avoir le sentiment d’être étranger à ce qui est présenté, mis en spectacle ou raconté.” Cette vision peut aussi s’appliquer à l’enseignement. Pap Ndyaye aura-t-il la possibilité à lui tout seul de porter un modèle d’éducation nationale ou la diversité dans toutes ses dimensions est une chance pour la France alors que toute la campagne présidentielle s’est faite sur des thèmes d’extrême droite et le rejet des immigrés ? Le combat sera rude et il est loin d’être gagné. A peine nommé, la fachosphère s’est déchaînée contre lui entraînant un appel au signalement des appels à la haine par SOS Racisme

Pap Ndiaye est la seule surprise d’un gouvernement d’Élisabeth Borne dont le temps de préparation a été exceptionnellement long. Lors de sa première interview elle s’est félicité d’avoir un “gouvernement paritaire” et déclaré : “Il y a un équilibre entre certains qui étaient déjà ministres et des nouvelles figures. Des personnalités qui viennent de la gauche, du centre, de la droite (…) mais ils partagent tous la volonté de mettre en œuvre le programme pour lequel Emmanuel Macron a été réélu”. 

Législatives : Elisabeth Borne sur la sellette 

Auront-ils le temps de le faire ? Les Français en décideront lors de leurs votes aux Législatives, organisées dans trois semaines. Elisabeth Borne a maintenu sa candidature dans le Calvados alors que c’est sa première candidature à une élection. Si elle n’est pas élue députée, elle devra renoncer à son rôle de Première Ministre et son gouvernement avec. L’enjeu est de taille car les sondages placent en tête du premier tour la NUPES, la coalition de gauche avec 27 à 29 % des voix devant Ensemble, l’alliance des partis qui soutiennent Emmanuel Macron, autour de 26 à 27 %, suivi du Rassemblement National comme troisième force politique. 

Pendant ce temps-là les températures montent et la lutte contre le changement climatique n’est toujours pas une priorité visible d’un gouvernement qui n’a plus de ministre des Transports, point névralgique pourtant de la réduction des émissions de gaz à effet de serre !

Anne-Catherine Husson Traore, @AC_HT, directrice générale de Novethic

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article