Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

4 étapes essentielles pour vivre une journée sécurité routière inoubliable

Bonjour à vous, si je vous dis « journée mondiale de la sécurité routière » … ça vous parle ? Évidemment ! C’est l’occasion idéale pour faire briller la prévention du risque routier au sein de votre entreprise. Quoi de plus formidable que de mobiliser l’ensemble du personnel, au même moment, sur un même thème, en synergie avec le reste du monde ! C’est une opportunité qui génère de l’envie, de l’adhésion, de la cohésion, du changement.

L’idée consiste à organiser un temps fort et ineffaçable pour promouvoir la prévention de ce risque afin qu’elle devienne la priorité absolue d’un jour.

Mais attention aux nombreux pièges qui entourent l’organisation d’un tel évènement. Une journée sécurité routière ne s’improvise pas. Elle doit marquer positivement les esprits et influencer continuellement les comportements.

Imaginez votre employeur, vos collègues, collaborateurs, prestataires, vous annoncer quelque temps après la manifestation « ouha ! c’était génial la journée qu’on a passé ensemble, ça nous a tellement ouvert les yeux qu’on en a même changé nos pratiques !». Vous comprendrez alors que votre journée était une réussite.

Au travers de cette courte vidéo, je vous propose de partager 4 étapes essentielles et incontournables afin que votre journée sécurité routière soit inoubliable et inscrite dans les annales de votre entreprise.

Mais avant d’aborder les 4 étapes essentielles, voici quelques situations problématiques que vivent des entreprises lors de leur journée :

Le premier problème est l’auditoire qui s’endort

J’ai écouté récemment le discours d’ouverture d’une journée sécurité routière adressé par un employeur à ses collaborateurs. Les premiers propos plaçaient la journée sous le signe de la convivialité, l’échange, la cohésion, la participation de chacun. C’était une excellente entrée en matière sauf que le monologue a duré 1h20 ! L’auditoire s’ennuyait. Il était assommé avant même d’avoir commencé. 

Un autre problème est le déséquilibre de certaines journées. Parfois, elles regroupent trop d’activités ludiques en associant par exemple l’utilisation d’une multitude de simulateurs de conduite. D’autres fois, le jeu n’a plus sa place et les activités proposées ne sont que des rappels de consignes.

Le problème majeur à mon sens est la journée « Iron-man », où le timing est tellement serré que les participants n’ont même pas le temps de digérer ce qu’ils voient, entendent, font. C’est d’ailleurs le cœur de cette vidéo : que font les salariés lors d’une journée ? Ne sont-ils là que pour regarder, écouter ? Et s’ils pratiquaient l’activité, s’ils transmettaient à leurs collègues leurs bonnes pratiques, s’ils animaient eux-mêmes les stands, les ateliers, les thématiques ! Quelle sacrée mise en valeur !

Bien sûr, ces problèmes sont connus et des entreprises essayent de les surmonter. Malheureusement pour elles, elles ne mettent en place que de fausses solutions.

Ainsi, pour se faciliter la tâche, des entreprises font le choix de sous-traiter l’organisation de la manifestation. Elles investissent un budget colossal dans des prestations de piètre qualité en pensant que la réussite de la journée sera proportionnelle au volume d’argent investi.

D’ailleurs, à ce titre, je vous incite à ne sélectionner que des prestataires qui proposent au préalable une véritable analyse de vos besoins, avant même de vous dérouler leur longue liste de simulateurs.

J’ai rencontré certaines organisations qui ont même rendu optionnelle la participation des salariés à la journée.

Ne pas rendre obligatoire la journée c’est oublier que l’employeur à une obligation de résultat et que même si la journée se veut ludique, profitable, formatrice, elle permet aussi de démontrer l’engagement de la direction pour protéger la santé et la sécurité des personnels.

Bien, nous allons pouvoir maintenant aborder les 4 étapes indispensables pour vivre une journée sécurité routière inoubliable !

1.      Mais juste avant cela, vous devez connaître les 4 prérequis nécessaires :

1.1      1er prérequis : considérer la journée comme un temps de formation à part entière

Une journée sécurité routière a une connotation souvent ludique. Pourtant, ne perdez pas de vue que c’est une action de formation à part entière.  Elle doit favoriser l’appropriation de connaissances par les participants. 

William Glasser, psychologue américain a énoncé quelques principes autour de ce qu’on appelle les canaux d’apprentissage qui permettent de mieux retenir les informations que l’on reçoit.

Il a démontré que nous retenons 10% de ce que nous lisons, 20% de ce que nous entendons,  30% de ce que nous voyons,  50% de ce que nous voyons et entendons,  70% de ce que nous débattons et  95% de ce que nous enseignons aux autres.

Ainsi, pour réussir votre évènement, les participants ne devront pas se contenter de lire ou d’écouter, mais ils devront tester, pratiquer eux-mêmes les activités. Mieux encore : incitez-les à expliquer ce qu’ils ont appris. Transmettre une information à quelqu’un d’autre reste le meilleur moyen d’apprendre ! 

1.2      2ème prérequis : utiliser les 4 piliers de l’apprentissage

Les 4 principaux piliers de l’apprentissage issus des neurosciences sont : l’attention, l’engagement actif, le retour d’information et la consolidation.

L’attention C’est le fait de capter grâce à vos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de votre environnement, soit de votre ressenti émotionnel ou psychologique.

L’attention peut être sélective et les stimuli que le salarié va recevoir pendant la journée sécurité routière, peuvent être très rapidement évacués par le cerveau s’ils ne correspondent pas à un besoin. Je vous invite à regarder la vidéo qui s’intitule « le gorille invisible » accessible avec n’importe quel moteur de recherche sur internet, elle illustre très bien ce mécanisme de sélectivité.

1.2.1    L’engagement actif :

  • Une personne passive n’apprend pas ! Il est capital qu’il y ait une alternance entre des exercices pratiques et théoriques.
  • Bien évidemment, le participant sera d’autant plus actif et engagé s’il a envie de faire l’action.
  • Cette envie est déclenchée quand l’activité lui plaît, qu’elle importe pour lui, qu’il y voit un intérêt personnel et non pas parce qu’il y est contraint.

1.2.2    Le retour d’information :

Lorsqu’une personne participe à une action, toutes les erreurs qu’elle commet sont positives et surtout constructives.

1.2.3    Les neurosciences démontrent aujourd’hui que :

  • L’erreur et l’incertitude sont normales – elles sont même indispensables pour apprendre,
  • sanctionner des erreurs ne fait qu’augmenter la peur, le stress et démotive,
  • La motivation positive et les encouragements stimulent.

Ainsi, lors de la journée, il est primordial que le retour d’information sur les erreurs commises, les exercices ratés servent à faire grandir les participants.

1.2.4    La consolidation :

C’est le fait de passer d’un traitement des connaissances acquises dit « conscient » à un traitement dit « automatisé ».

C’est par exemple le cas lorsque vous proposez à une personne de s’installer au volant d’une voiture tonneau dans laquelle vous placez des cubes de mousses. Lorsque le véhicule effectuera les tonneaux, les cubes « voleront » dans l’habitacle et viendra sans dommage, percuter le conducteur.

L’objectif de cette action est de faire prendre conscience au conducteur qu’il existe un risque s’il stocke des matériels dans l’habitacle de son véhicule parce qu’en cas d’accident, ils viendront inévitablement le blesser.

La consolidation consiste à vérifier que le participant a transformé sa compréhension du phénomène en acte automatique. Par exemple, vérifier en toute bienveillance avec lui qu’il n’y a plus rien dans l’habitacle de son véhicule quelques jours après l’évènement jusqu’à ce que le phénomène devienne automatique pour lui.

En fait, une journée sécurité routière n’est que le début d’une action d’envergure qui doit se poursuivre longtemps après si tant est que votre journée ai été inoubliable bien sûr !

1.3      3ème prérequis : préférer l’andragogie à la pédagogie

Les principes de l’andragogie sont les suivants :

  • Les participants à la journée seront motivés, s’ils découvrent ce qu’ils peuvent gagner en la vivant.
  • Ils sont généralement responsables de leurs décisions en tant qu’adultes et exigeront d’être traités comme capables d’autonomie, ça veut dire qu’il ne faut pas les infantiliser.
  • Le vécu et l’expérience des participants serviront d’appui aux activités de la journée,
  • Le contenu des activités doit laisser entrevoir qu’ils seront mieux armés pour affronter leurs quotidiens,
  • Le contenu devra renvoyer à des situations réelles, à des situations qui évoquent la vie personnelle des participants, la famille, les amis.
  • Les activités devront faire appel à des facteurs intérieurs motivationnels, comme le désir d’accroître son image personnelle ou professionnelle, ou encore de disposer d’un plus grand pouvoir par exemple.

Je vous incite à vérifier et c’est très important, que les intervenants extérieurs présents lors de votre journée pratiquent ce genre d’approche parce qu’ils seront en première ligne pour que votre évènement soit inoubliable. 

1.4      4ème et dernier prérequis : apporter une touche de plaisir

Faites-en sorte que les participants prennent du plaisir. C’est tout l’intérêt d’organiser une journée sécurité routière en alternant des jeux, des manipulations pratiques, des travaux en équipe, des visites, qui sont désinhibiteurs et allient le plaisir à l’apprentissage.

Et bien, nous y sommes, voici maintenant les 4 étapes essentielles pour faire vivre une journée sécurité routière inoubliable à toutes vos équipes. Volontairement, je vous livre tous mes secrets, vous pouvez tout prendre, vous pouvez évacuer ce qui ne vous convient pas, à vous de choisir ! Aller, c’est parti !

2.      1ère étape : préparer la journée sécurité routière le plus en amont possible.

  1. Considérez que cette journée est un projet à part entière. Elle doit être intégrée dans votre PAPRIPACT .
  2. Présentez bien en amont votre projet au comité de direction, à l’encadrement, au CHSCT ou CSE, aux sous-traitants, aux sociétés d’intérimaires.
  3. Evaluez l’enveloppe budgétaire, choisissez les animateurs des stands, réservez les lieux, organisez les horaires de passage, listez le matériel nécessaire,
  4. Chercher des intervenants internes et externes,
  5. Invitez les entreprises voisines à participer, conviez les élus locaux, les référents sécurité routière de votre commune, la CARSAT, le médecin de prévention, les associations de prévention routière, le coordinateur départemental de sécurité routière de la Préfecture, la gendarmerie et/ou la police, les sapeurs-pompiers, les médias, … en d’autres termes, faites du bruit autour de votre future journée.
  6. Expliquez clairement les objectifs de la journée à tous, diffusez un programme et les invitations,
  7. Appâter le client en diffusez par exemple plusieurs vidéos courtes de teasing pour annoncer la journée, pour provoquer le désir, l’envie.
  8. Faites des ¼ d’heure sécurité autour de l’évènement,
  9. Réalisez une campagne d’affichage
  10. Préparez votre évènement : je vous conseille au maximum 5 thèmes durant la journée, des animations qui durent entre 30 mn et 1h30, un nombre maximum de 10 personnes par atelier,
  11. Déléguez des tâches et veillez à ce que chacun connaisse bien son rôle (qui est responsable de la restauration, qui gère les accès aux ateliers, qui s’occupe des intervenants, des visiteurs, …)
  12. Prévoyez un reporteur photo-vidéo disponible toute la journée,
  13. Soyez attentif aux différents intervenants qui animent les ateliers. Ils vont former de nombreux groupes. C’est épuisant. Pensez à leur octroyer des temps de pauses, boissons, nourritures, …
  14. Prévoyez une pause déjeuner conviviale pour tous les personnels et bien sûr accompagnée la d’animation ludique telle qu’une troupe de théâtre par exemple,
  15. Au besoin, revoyez l’organisation des secours avec vos équipes de secouriste et d’incendie pour anticiper ou gérer une éventuelle crise.

3.      2ème étape :  Prévoyez vos activités

  1. Faites participer les enfants des salariés via un concours de dessin : « dessine ton papa qui conduit en toute sécurité », remettez des récompenses à tous les enfants via leurs parents et mettez à l’honneur les 3 plus beaux dessins,
  2. Faites fabriquer une mascotte sécurité dédiée à la journée et lancez un challenge interne pour lui donner un nom. Les salariés qui trouvent le nom le plus approprié sont récompensés.
  3. Définissez vos canaux d’approches : simulateurs deux-roues, auto, camion, bus, atelier alcool et conduite, voiture tonneau, simulateur de choc frontal, atelier réactiomètre, simulation d’une intervention sur accident, sensibilisation au handicap, témoignage de victime, jeux de rôle, code de la route, film, théâtre, table ronde, chasse aux risques …
  4. Favorisez le plus souvent possible le retour d’expérience des collaborateurs,
  5. Préparez des livrables comme par exemple un sac pour chaque participant avec un testeur d’usure des pneumatiques, un éthylotest, des documentations sur les thèmes choisis, des adresses de structures spécialisées, des flyers, stylos, porte-clefs, brise-glaces, calendriers,

4.      3ème étape : Dérouler votre journée

Ça y est ! C’est Le jour « J », le fameux safety day ! Plus votre préparation en amont aura été rigoureuse, plus votre journée se déroulera correctement.

Normalement vous avez planifié les ordres de passage aux différentes activités, les groupes sont composés, les animateurs prêts et professionnels.

Prenez un maximum de photos, interviewez les participants, filmez les moments conviviaux, les moments de joie.

Demandez à la direction de s’exprimer, aux membres de l’encadrement et CHSCT ou CSE, aux employés en leur demandant ce qu’ils ont retenu, ce qu’ils ont compris, appris.

Faites des visites régulières sur les ateliers pour anticiper les problèmes d’organisation et répondre le cas échéant aux questions.

Donner un certificat à l’issue de la journée à chaque participant. 

Clôturez la journée par un rassemblement de l’ensemble du personnel dans un même lieu, remerciez et donnez rendez-vous à la prochaine manifestation.

5.      4ère étape : que faire après l’évènement ? Voici quelques idées.

Pour que votre journée sécurité routière soit une totale réussite, rédigez un article dans un bulletin d’information ou dans votre journal interne.

Affichez quelques éléments statistiques sur le nombre de stands, de participants, de retours positifs.

Réalisez une séance plénière quelques jours plus tard pour présenter les moments forts de la journée, le film, les interviews, les photos. Diffuser le film souvenir à tous les salariés.

Et enfin, n’oubliez pas d’évaluer l’efficacité par rapport à l’objectif fixé. 

Présentez les résultats au comité de direction et au CHSCT ou CSE, cherchez des améliorations pour les prochaines journées, renouvelez toujours votre action.

Voilà, j’espère que ces 4 étapes vous permettront de vivre une journée sécurité routière inoubliable.

Avec le recul sur ce genre d’organisation,  je peux vous expliquer pourquoi ça fonctionne en appliquant les 4 étapes que je viens de vous proposer :

En fait, plus les personnels seront acteurs de la journée, plus ils retiendront les messages véhiculés, plus ils se formeront.

Le fait d’y associer des activités ludiques permet d’ancrer dans les mémoires des souvenirs conviviaux, de joie, mais aussi de sérieux et de travail.

Il y a au travers d’une journée sécurité routière une volonté d’innover, de communiquer, d’être ensemble dans le cadre d’activités percutantes qui permettent à chacun de grandir.

Ces 3 critères lorsqu’ils se conjuguent vous assurent des journées exceptionnelles en tout cas je vous souhaite de les vivres comme ça.

Je tiens maintenant à attirer votre attention sur le fait de ne pas perdre de vue que la finalité des actions de prévention est de contribuer à la baisse du nombre de victimes sur la route.

Dans cette optique, il est donc indispensable que les actions proposées soient ciblées sur les problématiques de sécurité routière identifiées au sein de votre organisation et notamment en lien avec les risques identifiés dans votre document unique.

De même, si les personnels ne sont pas associés ou pas suffisamment, les bénéfices seront moindres. Le plus efficace restant indéniablement lorsque les personnels transfèrent eux-mêmes à leurs collègues les informations, les messages, les bonnes pratiques.

Voilà, cette vidéo est maintenant terminée, j’ai pris plaisir à la construire pour vous et je vous souhaite de vivre pleinement vos journées sécurité routière et qu’elles vous apportent une réelle valeur ajoutée.

Je vous dis donc a très bientôt et en attendant, restez prudent et prenez soin de vous.